Coronavirus: Les restrictions assouplies dans six régions d'Italie

·2 min de lecture
CORONAVIRUS: LES RESTRICTIONS ASSOUPLIES DANS SIX RÉGIONS D'ITALIE

ROME (Reuters) - Les mesures de restriction face à l'épidémie de COVID-19 seront assouplies lundi dans six régions d'Italie, a annoncé vendredi le ministère de la Santé, bien que le bilan quotidien sur le plan national reste nettement supérieur à 400 morts.

L'Italie a mis en place un système à quatre échelons, chacun associé à une couleur, pour déterminer le niveau de restrictions s'appliquant dans chacune des 20 régions du pays.

La majeure partie du Nord industriel, le plus durement frappé par l'épidémie depuis plus d'un an, va être ramenée de rouge, l'échelon le plus élevé, à orange.

Les régions concernées sont le Piémont, la Lombardie, l'Emilie-Romagne, le Frioul mais aussi la Toscane, dans le centre du pays, et la Calabre dans le Sud.

La Sardaigne est en revanche la seule région à passer de l'orange au rouge alors que, il y a un mois, elle était la seule à l'échelon le plus bas, blanc, auquel la vie est quasiment normale.

Dans une région rouge, il n'est possible de quitter son domicile que pour se rendre sur son lieu de travail, pour des raisons de santé ou pour des motifs impérieux.

Globalement, il y aura lundi 16 régions en orange et quatre en rouge. Aucune ne sera en jaune ou en blanc.

Au plan national, les nouvelles contaminations ont baissé de 30% au cours des cinq derniers jours par rapport à la même période précédente et le taux de reproduction du coronavirus, le "R", a baissé de 0,98 à 0,92, selon l'institut national de la santé (ISS). Quand il est inférieur à 1, l'épidémie recule.

Les autorités italiennes ont fait état vendredi de 718 morts supplémentaires dus à l'épidémie mais elles ont souligné que ce nombre avait été gonflé par le signalement tardif par la Sicile de 258 décès des "mois précédents".

L'Italie est, derrière la Grande-Bretagne, le pays dont le bilan officiel est le plus élevé d'Europe, et le septième au monde, avec 113.579 morts dus au COVID-19 depuis février 2020.

(Angelo Amante; version française Bertrand Boucey)