Coronavirus : des restaurateurs défient le gouvernement en ouvrant leurs établissements

Le temps d'un déjeuner, des clients peuvent donc s'installer à la table de certains restaurants ouverts lundi 1er février, malgré l'interdiction en vigueur en raison des mesures sanitaires liées à la pandémie de coronavirus. Des actions menées par certains restaurateurs afin de protester contre la fermeture et l'absence de perspectives quant à une date de réouverture. C'est le cas à Cusance, dans le Doubs, où le chef Stéphane Turillon a décidé de participer à la fronde. "Je veux juste rouvrir mon établissement dans de bonnes conditions, en respectant le protocole sanitaire. Et ça, on l'a toujours dit", a-t-il justifié. Bruno Le Maire menace de suspendre les aidesDans la Somme, une de ses consœurs est arrivée tôt pour préparer le service du déjeuner. Si elle a dû trouver un deuxième emploi pour vivre, elle assure que désormais elle n'a plus le choix et doit ouvrir. "Je n'ai que mon établissement qui, aujourd'hui, est censé me faire vivre. Et ce n'est pas le cas", confie Kathia Boucher. Les restaurateurs engagent ainsi un bras de fer avec Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, mais ce dernier a menacé les contrevenants de suspension des aides, voire de leur suppression en cas de récidive.