Coronavirus : la réserve sanitaire, une aide précieuse pour les hôpitaux

Il est 19 heures. Cédric Campagno vient de prendre son service. L'infirmier écoute avec attention les transmissions sur l'état de santé des patients atteints du Covid-19. Infirmier libéral la journée, ce professionnel s'est porté volontaire pour venir aider les équipes de nuit plusieurs soirs par semaine. À l'hôpital de Grasse (Alpes-Maritimes), une unité Covid de 28 lits a été ouverte. Sept patients sont hospitalisés et six sont en réanimation. La hausse est constante depuis un mois. Un infirmier expérimenté "On s'organise comme on peut. Tous, les uns avec les autres, on travaille ensemble et on s'aide. La fatigue, on verra après", dit-il. Jusqu'en 2011, Cédric était infirmier aux urgences dans ce même hôpital. Il a l'expérience des situations tendues. Son profil rassure les équipes soignantes. "On est soulagé [...] Il connaît le travail", confie Aïda, l'une de ses collègues. Les soirées à l'hôpital devraient s'enchaîner dans les prochaines semaines. Comme Cédric, huit personnes de l'extérieur sont venues renforcer les équipes.