Coronavirus : quatre questions sur l'appel du ministre Didier Guillaume à rejoindre "la grande armée de l'agriculture"

Anne Brigaudeau

Les mânes du général de Gaulle convoqués à la rescousse. "Je veux lancer un grand appel à l'armée de l'ombre", a déclaré, un brin emphatique, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, mardi 24 mars sur BFMTV. En clair, il demande aux Français privés d'emploi de rejoindre "la grande armée de l'agriculture" pour aller travailler dans les champs. Et de permettre ainsi aux consommateurs, dans les mois qui viennent, d'acheter fraises, tomates, asperges, cerises, abricots, et tous les fruits et légumes qu'ils affectionnent, alors que les marchés ont été interdits à compter de mardi, comme l'a annoncé Edouard Philippe.

>> Coronavirus : suivez en direct toutes les informations liées à la pandémie de Covid-19

Car le secteur agricole, touché par les conséquences de l'épidémie de coronavirus, manque cruellement de bras pour les récoltes : au moins 100 000 emplois sont à pourvoir. Passage en revue des questions soulevées par cet appel du 24 mars signé Didier Guillaume.

1Que demande Didier Guillaume ?

"Je veux lancer un grand appel à l'armée de l'ombre, un grand appel aux femmes et aux hommes qui ont envie de travailler, un grand appel à celles et ceux qui sont confinés chez eux, à celles et ceux qui sont serveurs dans un restaurant, hôtesses d'accueil dans un hôtel, au coiffeur de mon quartier, à celles et ceux qui n'ont plus d'activité", a martelé le ministre, en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi