Coronavirus : un quart des Français "très anxieux" la première semaine, puis le confinement "a agi comme un facteur de protection", selon un spécialiste

franceinfo

Interrogé sur la santé mentale des Français pendant le confinement lié à la pandémie de coronavirus, le responsable de l'unité Santé mentale à la Direction de la prévention et de la promotion de la santé, Enguerrand Rolland du Roscoat, explique avoir "observé un très fort taux d'anxiété au cours de la première semaine de confinement, qui concernait un peu plus d'un quart des Français" puis une diminution de l'anxiété car "le confinement, qui était envisagé plutôt comme une source d'anxiété, a sans doute plutôt agi comme un facteur de protection".

>> Coronavirus : suivez notre direct pour avoir les dernières informations.

Son service a lancé une étude de santé publique dès la première semaine du confinement, pour laquelle 2 000 Français représentatifs de la population globale sont interrogés chaque semaine sur leur santé mentale.

franceinfo : Le confinement est-il une source d'anxiété pour les Français ?

Enguerrand Rolland du Roscoat : On a observé un très fort taux d'anxiété au cours de la première semaine de confinement, qui concernait un peu plus d'un quart des Français, en termes d'anxiété, par exemple des manifestations physiologique ou psychologique, telles qu'une sensation de peur, des sensations de panique, le fait de ne pas pouvoir rester tranquille ou décontracté, se sentir soucieux. On a pu observer, à l'issue de la première semaine de confinement, un taux d'anxiété qui était deux fois (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi