Coronavirus: Près de 100.000 morts au Royaume-Uni, place au chagrin et à la colère

par Andrew MacAskill et Paul Sandle
·2 min de lecture
CORONAVIRUS: PRÈS DE 100.000 MORTS AU ROYAUME-UNI, PLACE AU CHAGRIN ET À LA COLÈRE

par Andrew MacAskill et Paul Sandle

LONDRES (Reuters) - Le Royaume-Uni a signalé lundi 592 décès supplémentaires liés à l'épidémie de coronavirus pour un bilan prêt à franchir le seuil des 100.000 morts, provoquant chagrin et colère d'une population endeuillée.

Face à la progression alarmante du nombre de décès dans le pays, les proches des victimes blâment le Premier ministre pour sa gestion de la pire crise de santé publique depuis un siècle.

"(...) Vous regardez le nombre de morts augmenter pendant que les ministres se donnent des tapes dans le dos, se félicitant du travail qu'ils ont fait. Cela passe très rapidement d'un chagrin personnel à un chagrin collectif", a déclaré Jamie Brown, dont le père est décédé à la fin du mois de mars, après avoir contracté a priori le COVID-19.

Boris Johnson a en effet été critiqué pour la lenteur de sa réaction, son incapacité à fournir des équipements de protection suffisants et sa mauvaise gestion du système de dépistage, bien que le Royaume-Uni ait rapidement lancé sa campagne de vaccination.

Le conseiller scientifique en chef du gouvernement Patrick Vallance a estimé récemment que certains hôpitaux britanniques ressemblaient à une "zone de guerre" alors que les médecins et les infirmières se battent sans relâche pour venir en aide à leurs patients.

"(L'état des patients) se détériore très, très rapidement, et ils peuvent vous parler et vous regarder normalement puis, 20 minutes plus tard, ne plus vous parler du tout et, 20 minutes plus tard encore, ne plus être en vie", a commenté Joy Halliday, consultante en soins intensifs et en médecine aiguë à l'hôpital universitaire de Milton Keynes.

Le Royaume-Uni a fait état lundi de 22.195 nouveaux cas de contamination par le coronavirus, contre 30.004 infections enregistrées la veille.

À ce jour, 6.573.570 personnes ont reçu une première dose d'un vaccin, d'après les chiffres fournis par le gouvernement britannique.

(Alistair Smout, version française Juliette Portala)