Le coronavirus pourrait diviser par deux cette année les ventes de Galeries Lafayette

par Dominique Vidalon
·2 min de lecture
LE CORONAVIRUS POURRAIT DIVISER PAR DEUX CETTE ANNÉE LES VENTES DE GALERIES LAFAYETTE
LE CORONAVIRUS POURRAIT DIVISER PAR DEUX CETTE ANNÉE LES VENTES DE GALERIES LAFAYETTE

par Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Le groupe Galeries Lafayette s'attend à une division par deux de son chiffre d'affaires cette année en raison de la crise du coronavirus et ne prévoit pas un retour des touristes étrangers au niveau d'avant-crise avant 2024, a déclaré vendredi son directeur général.

"Cette année, notre chiffre d'affaires sera divisé par deux. 2020 sera difficile en termes de résultats, 2021 aussi. En 2022 on devrait retourner à l'équilibre", a déclaré Nicolas Houzé sur BFM Business.

Les distributeurs, en particulier ceux qui dépendent de la clientèle de touristes, ont été durement touchés par les mesures de confinement et de restrictions de voyages destinées à freiner l'épidemie de COVID-19.

Les touristes étrangers représentent plus de 60% de la clientèle du magasin historique du groupe, situé sur le boulevard Haussmann à Paris.

"Le scénario qui nous a paru le plus réaliste, c'est le début d'un retour de la clientèle internationale à partir du dernier trimestre 2021 et à hauteur de 30% de ce qu'ils pouvaient faire en 2019. Il ne devrait pas y avoir un retour au trafic d'avant avant 2024", a-t-il ajouté.

La chaîne de grands magasins soutient par ailleurs le report au 4 décembre du "Black Friday", une opération promotionnelle donnant le coup d'envoi des fêtes de fin d'année, si en contre-partie les magasins peuvent rouvrir prochainement, a ajouté son directeur général.

"Ce qui est important, c'est de rouvrir les magasins. Cette priorité, si elle est asujettie à un décalage du Black Friday, ça ne se discute pas (...). Si on peut le faire dès le 27 ou 28 novembre, c'est une excellente nouvelle", a-t-il dit.

Les commerces dits "non essentiels" sont fermés en France depuis le 30 octobre, dans le cadre du nouveau confinement national prévu pour durer au moins jusqu'au 1er décembre.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, s'est prononcé mercredi pour décaler le Black Friday en raison des risques sanitaires liés à l'épidémie de coronavirus.

Une réunion est programmée vendredi à 15h00 pour finaliser un éventuel accord sur un report d'une semaine du Black Friday.

Le géant américain du commerce en ligne Amazon, dont les ventes ont bondi pendant le confinement, a accepté de rejoindre Carrefour, premier distributeur européen, et Leclerc en vue d'un report en France du Black Friday au 4 décembre.

(version française Claude Chendjou, édité par Jean-Stéphane Brosse)