Coronavirus : pourquoi le vison pourrait être l’hôte intermédiaire du virus

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

Comment le SARS-CoV-2 a-t-il fait son chemin jusqu’à l’Homme ? C’est une question qui n’a toujours pas de réponse claire. Ce qui semble le plus probable, en l’état actuel des connaissances, est que l’ancêtre du SARS-CoV-2, responsable de la Covid-19, évoluait dans les chauves-souris, notamment dans celles du genre Rhinolophus. À partir de là, le coronavirus a infecté une autre espèce animale, dans laquelle il s’est répliqué et a muté pour mieux s’y adapter. Au fil du temps et des contacts êtres humains-animaux, le coronavirus a franchi la barrière des espèces pour provoquer la pandémie actuelle.

Les recherches se concentrent aujourd’hui sur l’identité de cet hôte intermédiaire. Plusieurs hypothèses ont été formulées depuis le début de la pandémie, celle du pangolin étant la plus sérieuse. Les souches de coronavirus isolées de ce mammifère en danger d’extinction sont proches du SARS-CoV-2, mais trop éloignées pour en être les parents directs. Si ce n’est pas le pangolin, quel animal a donc joué le rôle d’intermédiaire entre les chauves-souris et l’être humain ? Beaucoup d'animaux sensibles à l’infection et en contact rapproché avec l’Homme pourraient avoir joué ce rôle. Le virus a été isolé chez les chiens, les chats, les furets, ou encore chez des lions et des tigres vivant dans des zoos, et enfin chez des visons élevés pour leur fourrure.

Le SARS-CoV-2 serait un mélange de coronavirus de pangolin et de chauve-souris

Assez récemment, une flambée épidémique de coronavirus a été identifiée dans une ferme de visons au Danemark, conduisant à l'abattage de millions d’animaux. C'est aussi le cas en France. Des scientifiques des services sanitaires des Pays-Bas ont étudié des cas similaires dans leur pays. Là-bas, les premiers cas de contamination au SARS-CoV-2 liés aux fermes de visons ont été rapportés dès le printemps 2020. Grâce à une technique de séquençage génomique appelée WGS (whole genome sequencing), les scientifiques hollandais ont essayé de retracer l’histoire...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura