Coronavirus: la France veut sauver l'Europe du "danger de mort"

Anthony Berthelier
Pourquoi l'Union européenne est au bord du gouffre avec le covid-19 (photo prise le 13 décembre 2019 à Bruxelles)

POLITIQUE - Vieux continent cherche solidarité désespérément. Après avoir tardé à s’accorder sur une réponse sanitaire commune pour endiguer l’épidémie de coronavirus, voilà que les gouvernements des pays de l’Union européenne calent à nouveau sur la riposte financière à apporter face à la récession qui s’annonce.

La nuit de discussions entre tous les ministres européens des Finances avait valeur de test pour l’unité des 27. Elle s’est soldée ce mercredi 8 avril au matin par l’enlisement des discussions, une colère de Bruno Le Maire et la démission d’un haut représentant de l’Union.

“C’est une honte pour les ministres des Finances, une honte pour l’Eurogroupe et une honte pour l’Europe. Nous devons avoir une compréhension commune de la gravité de la crise et décider d’une réponse commune forte”, s’est indigné le ministre français vers 5 heures du matin à l’adresse de ses homologues. “Extrêmement déçu par la réponse européenne”, a quant à lui expliqué le président du Conseil européen de la recherche, Mauro Ferrari avant de démissionner.

Le nano-scientifique confesse avoir “perdu foi dans le système lui-même” et déplore “l’absence totale” de coordination européenne dans la lutte contre le coronavirus. “J’en ai vu assez”, explique-t-il dans un texte de deux pages qu’il débute en demandant pardon. 

Le Maire veut un accord “ambitieux”

Autant de difficultés qui viennent écorner l’image de l’Union alors que certains pays européens bénéficient d’une large aide internationale. Mais la France, et son ministre de l’Économie Bruno Le Maire veulent encore croire à un pacte “ambitieux.” “Notre responsabilité collective désormais est d’aboutir à un accord dans les 24 heures. Un échec est impensable”, a-t-il affirmé à l’issue du conseil des ministres mercredi. “On fera tout pour réussir”, abonde l’Élysée pour qui ce blocage est “contreproductif, incompréhensible” et ne doit pas durer. 

Seulement le ministre français aura fort à faire, car “la situation est lunaire”, selon...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post