Coronavirus: pourquoi la fermeture des frontières avec l’Italie "n’aurait aucun sens"

1 / 2

Coronavirus: le bilan passe à 11 morts en Italie

La soudaine flambée des cas de coronavirus en Italie a fait de ce pays la persona non grata de l’Union Européenne. Du moins, aux yeux des responsables politiques français de droite et d'extrême droite qui réclament le retour des contrôles aux frontières.

Le maire de Menton, une ville du sud de la France située à seulement trois kilomètres de la frontière avec l’Italie, a ajouté à cette requête celle du "renforcement des contrôles d’identité", "soucieux de préserver la sécurité des Mentonnaises et Mentonnais", écrit-il dans un communiqué publié dimanche.

"Plan d'urgence" avec "contrôle à la frontière"

Le même jour, le député LR des Alpes-Maritimes Éric Ciotti a requis la mise en place d’un "plan d'urgence" pour ce département frontalier, avec "des mesures renforcées de contrôle à la frontière".

La présidente du Rassemblement nationale, Marine Le Pen, a quant à elle estimé que ces contrôles seront "nécessaires si l'épidémie est hors de contrôle en Italie". Mais la fermeture des frontières est-elle réellement la solution pour endiguer la propagation du Covid-19?

Solution "inefficace et illusoire"

Le code Schengen sur les frontières autorise bien le rétablissement temporaire de contrôles, "mais toute décision doit être prise à certaines conditions", souligne le commissaire européen à la Gestion des crises, Janez Lenarcic. Elle doit notamment être "basée sur une évaluation des risques crédibles et des...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi