Coronavirus: pourquoi des pays très vaccinés voient-ils le nombre de malades augmenter

Matthieu Balu
·Journaliste sciences video au HuffPost.
·1 min de lecture
Une jeune femme se faisant vacciner dans un centre de vaccination aux États-Unis (photo d'illustration). (Photo: Newsday LLC via Newsday via Getty Images)
Une jeune femme se faisant vacciner dans un centre de vaccination aux États-Unis (photo d'illustration). (Photo: Newsday LLC via Newsday via Getty Images)

CORONAVIRUS - Malgré tout, ça ne descend pas. Bons élèves de la vaccination contre le coronavirus, les États-Unis, le Chili et dans une moindre mesure les Émirats arabes unis ont un problème. Ils ont eu beau vacciner à tour de bras depuis les premiers mois de 2021, ils font aujourd’hui face à une augmentation du nombre de cas, à la différence d’autres premiers de la classe comme Israël.

Comparés à la France, qui avec 19 doses de vaccin pour 100 habitants se situe dans le milieu de tableau mondial, ils ont pourtant pris une avance considérable. Les États-Unis ont déjà administré 50 doses par centaine d’habitants, le Chili 59, et les Émirats 89: des chiffres qui font rêver ici en France, et qui pourtant n’empêchent pas les mauvaises nouvelles.

Aux États-Unis, alors que le nombre de cas, au plus haut début janvier, ne cessait de s’effondrer, il est reparti légèrement à la hausse depuis la fin du mois de mars. Au Chili, la situation est bien plus dramatique, puisque le pays vient d’enregistrer un nouveau record d’infections au début du mois, avec une troisième vague qui rappelle de façon frappante la situation hexagonale. Aux Émirats, le nombre de personnes touchées ne baisse pas, malgré une campagne de vaccination particulièrement agressive. Faut-il voir dans ces cas un mauvais présage? Commençons par la bonne nouvelle.

Aux États-Unis, plus de jeunes se déclarent malades

Le covid rajeunit, et c’est une bonne chose. Cela peut sembler contradictoire, mais aux États-Unis en particulier, l’augmentation des chiffres est largement due aux plus jeunes: les adolescents, à la différence de 2020, sont désormais la cla...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.