Coronavirus : pourquoi les applaudissements ont-ils cessé ?

Où sont passés les applaudissements pour les soignants ? Les journalistes de France Télévisions sont allés dans un immeuble de Boulogne-Billancourt où ils s’étaient déjà rendus au mois de mars, durant le premier confinement. "La première vague, on pensait que c’était pour les encourager, mais au final ils n’ont rien eu, les pauvres", explique une habitante, qui explique aujourd’hui préférer leur "faire un don", tandis qu’une autre assure désormais "les écouter, les lire". Les soignants résignés Une infirmière témoigne : "Tout le monde est dans le même bateau. On sent bien cette fois-ci que eux aussi se sentent concernés, il n’y a pas que les soignants". Pour John Pinte, infirmier libéral et vice-président du syndicat national des infirmiers et infirmiers libéraux, les applaudissements font certes "toujours plaisir", mais c’est du côté du gouvernement qu’il demande du soutien. "Si on attend de la reconnaissance, c’est plutôt des pouvoirs publics", explique-t-il.