Coronavirus : le Portugal subit le contrecoup de Noël

Les images contrastent avec le printemps dernier. Les rues de Lisbonne, capitale du Portugal, sont vides. Plus nombreux que les passants, les policiers quadrillent la ville pour s’assurer que les mesures sanitaires sont respectées. Le nombre de contaminations au coronavirus dans le pays repart à la hausse. Les dépistages se multiplient et les services hospitaliers se retrouvent démunis face à une arrivée importante de patients Covid. Les conséquences d’un Noël en liberté ? La première vague de contaminations au coronavirus avait été bien gérée au Portugal. Malheureusement, lors des dernières vacances de Noël, la population plus libre s’est avérée moins vigilante. "Il y a eu aussi l’arrivée du vaccin, très positive mais qui a contribué au relâchement. Et pour finir, l’arrivée des variants, plus contagieux", analyse le docteur Ricardo Mexia, épidémiologiste. Le gouvernement a donc durci ces mesures : depuis lundi 25 janvier, les écoles, les crèches et les universités sont fermées.