Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde

Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde

Paris (AFP) - Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 200.000 morts dans le monde.

- Plus de 200.000 morts -

La pandémie a fait au moins 204.696 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 19H00 GMT.

Plus de 2,9 millions de cas ont été diagnostiqués dans 193 pays et territoires.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché, avec 54.175 décès et près de 956.292 infections confirmées. Suivent l'Italie (26.644) décès, l'Espagne (23.190), la France (22.856) et le Royaume-Uni (20.732). Les chiffres britanniques ne prennent toutefois pas en compte les maisons de retraite où plusieurs milliers de personnes âgées sont mortes, selon des représentants du secteur.

En proportion de la population, hors micro-Etats, c'est en Belgique que la mortalité est la plus élevée (612 morts par million d'habitants), devant l'Espagne (496), l'Italie (441), la France (350) et le Royaume-Uni (305). Les Etats-Unis (164) arrivent loin derrière.

- Johnson de retour -

Le Premier ministre britannique Boris Johnson est rentré dimanche soir dans sa résidence de Downing Street à Londres au terme de plus de deux semaines de convalescence après avoir été atteint par le nouveau coronavirus.

- Les confinements s'assouplissent -

Israël a rouvert ce dimanche tous les commerces, à l'exception des centres commerciaux.

L'Arabie saoudite a partiellement assoupli son couvre-feu total - à l'exception notamment de La Mecque -, et va intensifier les tests de dépistage.

En Espagne, les enfants, strictement confinés depuis la mi-mars, peuvent désormais sortir une heure par jour. Mais ils n'ont pas le droit de jouer avec d'autres enfants, de sortir sans un adulte ou de s'éloigner à plus d'un kilomètre de leur domicile.

- Saisies de masques -

La Chine a assuré avoir saisi quelque 89 millions de masques non conformes, dans un effort pour dissiper les craintes à propos de la qualité du matériel médical exporté.

En France, la police a réalisé une saisie record de 140.000 masques destinés à être vendus illégalement, dans un quartier pavillonnaire de région parisienne.

Plusieurs dizaines de pays ou territoires dans le monde ont rendu obligatoire le port du masque dans l'espace public. Après Lagos (Nigeria), le Burkina Faso et la ville de Mexico l'imposent à partir de lundi.

- Applications de traçage

L'Australie a lancé une application pour smartphone, baptisée COVIDSafe, destinée à suivre les contacts avec des personnes diagnostiquées positives au coronavirus, mais qui suscite des inquiétudes relatives au respect de la vie privée.

Les préoccupations sont les mêmes en France, où la commission chargée de veiller au respect des libertés dans le domaine numérique, la Cnil, a demandé "certaines garanties supplémentaires" pour le lancement de l'application de traçage gouvernementale StopCovid lorsque le confinement sera levé le 11 mai.

En Allemagne, le gouvernement a décidé de soutenir l'application utilisant la technologie développée par Google et Apple, abandonnant une solution nationale critiquée pour son défaut de protection de la vie privée.

- Haro sur les comportements "non civilisés" -

Echaudée par la pandémie de coronavirus, Pékin va interdire à compter du 1er juin une série de comportements jugés "non civilisés" afin d'améliorer l'hygiène dans les lieux publics. Seront désormais considérés comme des infractions dans la capitale chinoise le fait d'éternuer sans se couvrir le nez et la bouche, de ne pas porter de masque en public en cas de maladie, de ne pas "s'habiller proprement" en public ou de se promener torse nu.

- Compagnons de confinement -

Chats, chiens, lapins, cochons d'Inde, poules... Les refuges pour animaux se vident aux Etats-Unis grâce à la pandémie, les habitants confinés chez eux adoptant des bêtes à tour de bras pour leur tenir compagnie.

- Dauphins à Istanbul -

La mise en retrait de l'humanité continue de faire les joies de la faune: à Istanbul, des dauphins s'ébattent dans le Bosphore, d'ordinaire saturé de bateaux.

burs-jah-kd/mw/thm