Coronavirus : plusieurs syndicats accusent SFR de faire "des économies sur la masse salariale" grâce au chômage partiel

franceinfo

CFDT, Sud et CGT accusent SFR de faire "des économies sur la masse salariale" en ayant recours au chômage partiel pour près de 5 000 salariés et "en les faisant supporter par la collectivité, la solidarité nationale", explique Sylvie Fondacci de la CGT à France Inter mercredi 8 avril, alors que la CGT et Sud ont lancé un appel à la grève pour mercredi et jeudi.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

Le 23 mars, les salariés de SFR ont reçu un courriel du directeur général Grégory Rabuel expliquant que l'entreprise enregistrait "une baisse significative" de son activité et que par conséquent elle avait "décidé de recourir au chômage partiel à compter du 23 mars pour un grand nombre" d'entre eux, environ 2 300 personnes, comme pour les 2 700 salariés des boutiques depuis le début du confinement le 16 mars.


Les syndicats dénoncent un "effet d'aubaine" alors que "l'activité courante tourne toujours"

"Il fallait s'adapter et nous l’avons fait avec agilité et responsabilité", défend le directeur général de SFR qui craint des pertes économiques importantes pendant la crise sanitaire et dont l'objectif "est bien de conserver la capacité d'investissement pour la reprise post-crise".

Mais les syndicats montent au créneau. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi