Coronavirus: les plateformes de streaming allègent leurs flux

Disney +, la plateforme de streaming qui devait démarrer ce mardi en France, a différé son lancement au 7 avril à la demande du gouvernement français. C’est une plateforme de plus qui accepte de réduire le débit sur internet à l’heure où le télé-travail explose

C’est à la demande du gouvernement français, que le géant américain du divertissement retarde le lancement au 7 avril prochain en France, de Disney+. 

Dans un communiqué, Disney indique encore avoir convenu avec l'Union européenne que la qualité de diffusion proposée aux abonnés européens serait dans un premier temps réduite, pour les mêmes motifs d'allègement du débit sur internet.

C’est la troisième plateforme qui accepte ainsi de réduire son débit sur le réseau. Netflix a annoncé déjà jeudi dernier une réduction de 25 % de ses débits en Europe, une décision prise de commun accord entre le PDG de Netflix et Thierry Breton, le commissaire européen au Marché intérieur.

Vendredi, c’était au tour de YouTube d’annoncer la réduction des débits de son flux, en diminuant également la qualité de diffusion de ses vidéos durant trente jours.

En France, le groupe de télévision payant Canal+ a également pris des mesures pour réduire l'utilisation de la bande passante par ses abonnés. Il faut rappeler que les services vidéos peuvent représenter jusqu'à 60% du trafic internet sur les réseaux fixes et mobiles or il faut éviter les engorgements et alléger la pression sur les infrastructures, en cette période de crise, qui impose le recours en masse au travail à distance.

À lire aussiConfinement en France: les opérateurs télécoms appellent à la «responsabilité numérique»