Coronavirus: la peur des caissières, en première ligne, d'être contaminées

1 / 2

Coronavirus: Auchan, Castorama... Ces entreprises qui vont verser une prime à leurs salariés

Alors que les Françaises et Français sont confinés, que nombre d'entre eux ne peuvent plus travailler - ou de chez eux - et que leurs déplacements sont limités à de rares exceptions, notamment pour "effectuer des achats de première nécessité", ce sont les hôtes et hôtesses de caisse qui se retrouvent en première ligne face à l'épidémie de coronavirus.

"J'allais au travail la boule au ventre"

Valérie (qui a souhaité garder l'anonymat) est caissière dans un supermarché du centre-ville de Marseille. Et assure vivre "très mal" le fait de devoir aller travailler. Clients à moins d'un mètre, échange de monnaie et manipulation des produits, elle se dit inquiète pour sa santé même si des gants ont été distribués. "On nous donne un seul masque simple de protection pour toute la journée, c'est insuffisant", témoigne-t-elle pour BFMTV.com.

Lors de sa dernière journée de travail, les vitres de protection en Plexiglas annoncées par la direction n'avaient pas encore été installées. "On nous a dit que des chapeaux avec visière avaient été commandés, mais nous n'avons encore rien reçu." Elle souhaite que davantage de mesures de sécurité soient prises, faute desquelles elle n'ira plus travailler.

"L'ambiance est tendue, certaines collègues se sont mises en arrêt maladie, poursuit Valérie. Nous ne sommes plus que trois en caisse. Lundi, ils ont même fait venir la comptable, le caviste et la directrice pour encaisser les clients car...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi