Coronavirus: plus de 29.000 morts, les inquiétudes sociales montent après la levée des restrictions

Amélie BOTTOLLIER-DEPOIS et Séverine ROUBY avec les bureaux de l'AFP
Coronavirus: plus de 29.000 morts, les inquiétudes sociales montent après la levée des restrictions

Paris (AFP) - Les Français poursuivaient mercredi la redécouverte d'activités interdites pendant des semaines par le virus, le gouvernement espérant que ce retour progressif à la normale puisse venir au secours d'une économie dévastée, alors que la barre des 29.000 morts a été franchie dans le pays.

Les Français étaient au rendez-vous à la réouverture des cafés, bars et restaurants dans les zones vertes, et seulement des terrasses dans les zones orange (Ile-de-France, Mayotte, Guyane).

"Il y avait beaucoup d'engouement, ça s'est très bien passé", malgré quelques ajustements nécessaires pour appliquer les règles sanitaires, a commenté sur France Inter la secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Panier-Runacher.

Quelques débordements ont été constatés, notamment à Perpignan où le préfet des Pyrénées-Orientales a alerté que "de tels agissements ne sont pas responsables au regard de la circulation du virus", menaçant de fermer certains établissements.

Sur le front de l'épidémie, la barre des 29.000 morts a été franchie en France (29.021 morts selon la Direction générale de la santé), le coronavirus causant 81 nouveaux décès en 24 heures dans les hôpitaux. Mais la situation continue à s'améliorer en réanimation, avec une baisse du nombre de patients (1.210).

En Corse, le plan blanc a ainsi été levé dans les établissements sanitaires, ce qui permet une reprise raisonnée des activités médicales et chirurgicales dans l'île.

C'est au chevet de l'économie que se penche désormais le gouvernement, qui anticipe une chute du PIB de 11% cette année en raison du "choc économique extrêmement brutal" provoqué par l'arrêt quasi total de l'économie.

La Sécurité sociale aussi encaisse le choc. Le déficit devrait atteindre en 2020 un niveau "extrêmement inquiétant" de 52,2 milliards d'euros, selon le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin. Avec 11 milliards de plus en six semaines.

Pour plancher sur les solutions à apporter à cette crise économique et sociale, Emmanuel Macron et Edouard Philippe réunissent à nouveau jeudi à l'Elysée les organisations syndicales et patronales.

Le président a également annoncé une mission informelle sur "les grands sujets d'après-crise (organisation sociale, politique, économique) et les transitions à conduire dans l'après-Covid, dans un esprit de concorde nationale" afin de faire des propositions aux Français en juillet.

L'Assemblée nationale a donné son ultime feu vert à un projet de loi d'urgence qui prévoit notamment de nouvelles adaptations du droit du travail, dénoncées par la gauche.

- Réservations estivales en hausse -

"Dans la période" de sortie du confinement, "il s'agira de travailler à ce qui peut être fait pour préserver l'emploi et l'accompagnement des plus fragiles, notamment les jeunes entrant sur le marché du travail", a précisé la présidence.

"Je pense qu'il faut augmenter les minima sociaux", a plaidé Louis Gallois, président de la Fédération des acteurs de la solidarité.

Alors que la propagation de l'épidémie s'est accompagnée d'une série de polémiques liées notamment à la pénurie de masques au début ou aux tests, l'Assemblée installait mercredi une commission d'enquête sur la gestion de la crise.

Un rapport d'étape parlementaire a pointé mercredi des "faiblesses" de la France face à la crise (stocks de masques "insuffisants", situation "tendue à l'hôpital" avant la crise ou encore agences régionales de santé "trop centralisées").

Parmi les bonnes nouvelles, les réservations des vacances d'été montent en puissance, même si le retard accumulé pendant le confinement ne pourra être rattrapé.

La fin de la limite de déplacement à 100 km de chez soi "a permis de "booster" les ventes sur le web avec une hausse des flux sur les quatre derniers jours de 150% pour Pierre & Vacances, et 180% pour les domaines Center Parcs", a notamment indiqué à l'AFP le groupe Pierre et Vacances, numéro un européen des résidences de loisir.

Le gouvernement a également mis fin aux restrictions de vols vers la Corse, les motifs impérieux de voyage en France ne s'appliquant plus donc qu'à l'Outre-mer.

Les frontières sont en revanche toujours fermées, ce qui pose quelques problèmes avec certains voisins.

- StopCovid sur les smartphones -

Le ralentissement de la diffusion du coronavirus doit aussi permettre à davantage d'élèves de retrouver le chemin des écoles, collèges et lycées.

Mais la volonté affichée par le gouvernement d'un retour à la normale dans l'Éducation nationale se heurte à un protocole sanitaire draconien, avec un nombre limité d'élèves et parfois, dans certaines villes, un seul jour de classe par semaine.

Pour éviter la reprise de l'épidémie, le gouvernement a mis en place des tests à large échelle de toutes les personnes présentant des symptômes et des cas contacts, système assorti d'isolement pour les malades.

Pour aider à contrôler la propagation, l'application de traçage controversée StopCovid a aussi été lancée mardi soir en téléchargement volontaire sur les téléphones portables.

Le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O a salué sur France 2 un "très bon démarrage", évoquant 600.000 téléchargements alors que le gouvernement en espère "plusieurs millions".

Quant au Festival de Cannes qui a dû, la mort dans l'âme, annuler son édition 2020 sur la Croisette, il a malgré tout dévoilé mercredi les 56 films de sa "sélection officielle". Qui ne pourront de toute façon pas être projetés sur grand écran en France avant le 22 juin, date de la réouverture prévue des cinémas.