Coronavirus: les opticiens mettent en place un service minimum pour les urgences

Lentschner, Keren
350 opticiens sont ouverts, accessibles uniquement sur rendez-vous. / Jean-Christophe MARMARA/Le Figaro

INFO LE FIGARO - La liste des 350 magasins ouverts sur l’ensemble du territoire est disponible sur urgenceopticien.fr.

À partir de ce mercredi 25 mars, un service minimum des soins optiques sera déployé en France. Organisé sur la base du volontariat, il permettra de dépanner les particuliers en cas d’urgence (lunettes cassées ou perdues, renouvellement d’équipements inadaptés sur présentation d’une nouvelle ordonnance…). Les personnels soignants et d’astreinte, qui travaillent dans des secteurs essentiels à l’activité économique de notre pays, seront pris en charge de façon prioritaire.

» LIRE AUSSI - Coronavirus: bilan, symptômes, traitements, restrictions... Toutes les réponses à vos questions sur l’épidémie de Covid-19

Ce service minimum, validé par le ministère de la Santé, a été organisé en quelques jours à l’initiative de l’ensemble des syndicats professionnels de l’optique. Il couvre la quasi-totalité des départements. Dès ce mercredi, il assure l’accès à un opticien au moins une matinée par semaine, de 9 heures à 13 heures.

Au total, 350 opticiens sont ouverts, accessibles uniquement sur rendez-vous. La liste des magasins et leurs coordonnées sont disponibles sur le site urgenceopticien.fr. «Nous avions un devoir de responsabilité dans la crise sanitaire actuelle, explique André Balbi, président du ROF (Rassemblement des opticiens de France). Nous nous sommes organisés pour y faire face. C’est une première dans notre secteur.»

Équipements de sécurité

Le ROF prévient que ce service minimum sera encadré par des procédures de sécurité strictes. «Seuls les opticiens disposant d’équipements de sécurité, pouvant mettre en place les gestes barrière et ayant bénéficié d’une information sur les règles de sécurité et sur l’utilisation des gants et masques ont été référencés», précise André Balbi. Sur les 700 volontaires dans l’Hexagone, seuls 350 avaient les masques, les gants et le gel hydroalcoolique indispensables au service minimum pendant la crise du (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Coronavirus: bilan, symptômes, traitements, restrictions... Toutes les réponses à vos questions sur l’épidémie de Covid-19 
Coronavirus: l’industrie française se remet peu à peu en ordre de marche 
Coronavirus: l’effort de guerre de l’industrie française pour lutter contre la pandémie 
Audio, optique, dentaire... le big bang de la réforme du 100% Santé 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro