Coronavirus : « MSF est capable de monter des hôpitaux de campagne »

Par Violaine de Montclos
En Italie, les équipes de MSF ont mis en place un suivi à domicile des personnes qui sortent de l’hôpital

Risque d'hécatombe en France chez les sans-abri et premiers cas dans les pays pauvres : Médecins sans frontières sonne l'alerte face à la pandémie.


L'organisation Médecins sans frontières est implantée dans 70 pays. Habituée à la gestion de crises sanitaires, capable d'acheminer partout dans le monde et de monter, en deux jours, des hôpitaux de campagne sous tentes gonflables, elle est, comme d'autres associations caritatives de la même envergure, sur le pied de guerre pour lutter contre la pandémie.

Le docteur Isabelle Defourny, directrice des opérations MSF France répond aux questions du Point. Et s'inquiète des remontées du terrain. La pandémie est en train de gagner, les uns après les autres, tous les pays du monde. Dont les plus fragiles, comme Haïti où deux premiers cas ont été signalés en fin de semaine.

Le Point : Allez-vous aider, en France, à faire face à cette crise sanitaire ?

Isabelle Defourny : Notre priorité est d'intervenir auprès des populations vulnérables. Car comment fait-on pour se confiner lorsqu'on est dans la rue, ou que l'on vit à cinquante dans un centre d'hébergement d'urgence, un centre d'accueil pour migrants ou un centre du Samu social ? Et quand on est testé positif, comment fait-on pour s'isoler ? Rien qu'en Île-de-France, 120 000 personnes sont logées par l'assistance publique et 5 000 autres individus vivent dans la rue… À la demande de l'ARS, nous allons mobiliser dès la semaine prochaine quatre équipes de cliniques mobiles pour mettre en place des consultations et du dépistage. Il faut absolument réquisitionner des chambres d'hôtel pour loger les cas positifs et les personnes contacts. Si on ne contrôle pas l'épidémie, dans cette population à la santé souvent fragile, elle peut vite se transformer en hécatombe.

Nous sommes à la disposition des autorités

Vous êtes-vous mis à la disposition des services de santé au cas où le système serait dépassé par l'afflux de (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Coronavirus : les sans-abri, des personnes à risque
EN DIRECT. Coronavirus en France : le gouvernement prépare la prolongation du confinement
Steven Pinker : « Nous surmonterons cette très grave crise »
Recevez la newsletter Le Point.fr