Coronavirus : des milliers de Chinois rendent hommage au médecin lanceur d'alerte Li Wenliang

·2 min de lecture

A l'occasion du premier anniversaire de son décès du Covid-19 en février 2020, des milliers de Chinois ont rendu hommage au médecin Li Wenliang, l'un des premiers à avoir alerté sur la dangerosité du virus. 

Des milliers de Chinois ont rendu hommage samedi sur les réseaux sociaux au médecin Li Wenliang, l'un des premiers à avoir alerté sur la dangerosité du nouveau coronavirus apparu à Wuhan (centre), à l'occasion du premier anniversaire de son décès du Covid-19 en février 2020.

Li, médecin ophtalmologue à l'hôpital central de Wuhan, avait partagé avec des confrères sur les réseaux sociaux ses inquiétudes sur la propagation d'un nouveau coronavirus similaire au Sras en décembre 2019. Il avait été convoqué par la police, qui l'avait accusé de répandre "des rumeurs". Son décès des suites du Covid-19, qu'il avait contracté après avoir été contaminé par un patient, avait suscité une vague de tristesse et de colère dans le pays. Les internautes chinois avaient critiqué à cette occasion la gestion de la crise par les autorités chinoises, accusées d'avoir manqué de transparence.

La page personnelle de Li sur Weibo, l'équivalent chinois de Twitter, reste l'un des rares espaces où les internautes évoquent le traumatisme des débuts de l'épidémie, lorsque des millions d'habitants de Wuhan et de la province de Hubei avaient été soumis à un confinement draconien. Des milliers de messages ont afflué samedi à l'occasion du premier anniversaire de la mort du jeune médecin, de nombreux internautes racontant ce qu'était devenue leur propre existence.

"Je pensais que tout le monde allait vous oublier un an plus tard"

"Dr Li, il fait grand beau aujourd'hui là où je vis .... Chacun dans mon entourage fait de son mieux dans la vie, tout va bien, bon nouvel an lunaire", a écrit un internaute sur Weibo, dans un commentaire sur le dernier post de Li, qui avait suscité plus d'un million de réactions, principalement après son décès.

"Je pensais que(...)


Lire la suite sur Paris Match