Le coronavirus met en péril Airbus

Airbus a perdu le sourire à cause de la pandémie de coronavirus. L’air grave, Guillaume Faury, son président, disait déjà le 23 mars : "Cette crise va engendrer de profonds changements dans notre industrie dans les mois qui viennent, mais Airbus finira par se sortir de cette période difficile". Depuis, Guillaume Faury semble plus alarmiste. Réductions d’effectifs ? Dans une lettre adressée à ses salariés, il a écrit vendredi 24 avril : "La survie d’Airbus est en jeu si nous n’agissons pas maintenant" à cause de l’arrêt du trafic aérien et de l’économie mondiale au ralenti. "Airbus perd de l’argent à une vitesse inédite", ajoute le président. En France, 3 000 personnes sont au chômage partiel, mais l’avionneur envisage "des mesures supplémentaires" sans plus de précisions. Le groupe emploie 139 000 personnes dans le monde, mais fait vivre des milliers de sous-traitants.