Coronavirus: des mesures prises pour assurer la sécurité sanitaire dans les taxis et VTC

1 / 2

Coronavirus: des mesures prises pour assurer la sécurité sanitaire dans les taxis et VTC

Un décret paru ce matin au Journal officiel encadre l’activité des taxis et VTC en cette période d’épidémie de coronavirus. Même si le nombre de courses a fortement diminué suite au confinement, les chauffeurs de transport particulier de personnes sont toujours autorisés à travailler. Si les compagnies de VTC sont privées, les taxis ont notamment une obligation de service public du fait de leur statut. Les centrales invitent depuis le début de la crise leurs chauffeurs à respecter les gestes barrière. Le décret doit permettre de les protéger un peu plus, ainsi que leurs clients, tout en assurant une continuité de service. 

Pas de passager à l’avant

Le décret stipule ainsi que "aucun passager ne peut s'assoir à côté du conducteur" mais que "la présence de plusieurs passagers est admise aux places arrières".

"Dans un véhicule berline, nous préconisons de ne pas prendre plus de deux passagers à l’arrière, afin de pouvoir respecter la distance d’un mètre, nous explique Yann Ricordel, directeur général délégué de la compagnie G7, qui opère 13.500 taxis dans toute la France. Mais nous avons d’autres véhicules plus grands, des vans, qui peuvent accueillir plus de passagers tout en respectant les gestes barrière".

Le but est bien entendu d’éviter tout contact entre les chauffeurs et les clients. Cela vaut notamment pour les paiements, même si rien n'est précisé dans le décret. Le courses des VTC sont réglées via...

Lire la suite sur Auto

A lire aussi