Le coronavirus menace les peuples autochtones, il est essentiel de les protéger aussi!

Fiore Longo

À l’heure où l’épidémie du Covid-19 est planétaire, les peuples autochtones sont l’un des groupes les plus vulnérables au virus. Si cette crise sanitaire nous rappelle que nous sommes tous connectés, elle met aussi en avant à quel point il est vital de respecter la volonté de certains peuples de ne pas être contactés.

Les peuples autochtones non contactés

Stafford Lightman, de l’université de Bristol, a déclaré à propos de ce qui s’est passé lorsque l’on a contacté des peuples autochtones non contactés: ” L’une des conséquences d’une infection qui touche une communauté entière est que très peu de personnes seront épargnées, et comme elle touche tout le monde en même temps, personne ne pourra chasser ou collecter de la nourriture, et même si quelqu’un peut le faire, il n’y aura personne pour la préparer. Par conséquent, non seulement ils seront malades, mais personne ne pourra les soigner ou les nourrir, avec les graves conséquences que cela aura sur la capacité du groupe à continuer à survivre sans aide extérieure.”

Il faut protéger les peuples non contactés; des populations entières sont anéanties par la violence des intrus qui leur prennent leurs terres et leurs ressources, et par les maladies comme la grippe et la rougeole contre lesquelles ils n’ont pas d’immunité. Imaginez la menace que représente le coronavirus multipliée par toutes les pathologies des sociétés industrialisées réunies. Et pour couronner le tout, Bolsonaro a confié à Ricardo Lopes Días, un missionnaire évangéliste, la responsabilité du département d’État qui doit protéger leurs territoires. Quant au gouvernement du Pérou, il n’en fait toujours pas assez pour protéger les peuples non contactés dans le Napo Tigre, en Amazonie péruvienne. Partout dans le monde, ils sont menacés par l’avancée de la frontière agro-industrielle et par les missionnaires religieux qui cherchent à forcer le contact.

Nous faisons partie d’un tout

Nous sommes tous dans le même bateau, nous appartenons tous à une même...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post