Coronavirus : un membre du Conseil scientifique explique le durcissement des mesures à venir

Le Conseil scientifique a été reçu mardi 27 octobre dans la matinée à l’Élysée, afin de conseiller l’exécutif sur les mesures à mettre en place pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. "La situation qui nous inquiète le plus aujourd’hui, c’est celle de l’hôpital, un peu comme en mars dernier, indique le Professeur Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur, à Paris, et membre du Conseil scientifique. Il y a eu mardi 27 octobre 3 000 personnes admises à l’hôpital, 450 en réanimation pour la Covid. Ce sont des chiffres extrêmement élevés, qui nous rappellent la mi-mars." "Taper très fort tout de suite et relâcher plus vite" Pour le Conseil scientifique, des mesures restrictives s’imposent. "Le choix, il est évidemment entre des mesures d’emblée très fortes, qu’on assouplirait ensuite, ou essayer encore un stade intermédiaire entre le couvre-feu et le confinement, mais au risque de devoir à ce moment-là passer à des mesures plus fortes plus tard, et ça durerait beaucoup plus longtemps, explique le Professeur Arnaud Fontanet. En fait, la meilleure façon serait de taper très fort tout de suite et de relâcher plus vite. Mais, le problème, c’est que qu’est-ce qui est acceptable aujourd’hui ?".