Coronavirus : les masques s’arrachent dans les grandes surfaces

À Lyon, dans le Rhône, les clients d’un grand magasin E.Leclerc étaient pressés d’obtenir des produits encore rares. 246 lots de dix masques chirurgicaux ont été vendus en à peine deux heures et demie lundi 4 mai. Une file ininterrompue s’est mise en place. Une seule caisse était dédiée à la vente de ces protections anticoronavirus. Un seul paquet par personne est autorisé et des précautions ont été prises par la direction. La carte de fidélité ou d’identité est demandée à chaque client pour recenser et vérifier que la personne n’a pas déjà acheté de masques. Aucune marge gagnée sur les masques Le lot de dix masques est vendu six euros. Les clients sont partagés sur le fait de devoir payer des protections bientôt obligatoires. "Je ne vois pas pourquoi on les paie, ça devrait être distribué gratuitement à tout le monde", estime une cliente du magasin. Le gérant assure que le magasin ne fait aucune marge sur ces ventes. Pour l’heure, les stocks sont encore réduits, mais l’enseigne précise qu’ils devraient s’étoffer jour après jour.