Coronavirus: comment l'Union africaine y fait face

Réunie en sommet, l'organisation pan-africaine a fait le point sur l'épidémie de coronavirus qui frappe principalement la Chine.

La commissaire aux Affaires sociales, la Soudanaise Amira Elfadil, a donné une conférence de presse. L'UA a « fait de son mieux » dès l'annonce de la propagation du virus.

À ses côtés, le directeur du centre africain de prévention et de lutte contre les maladies a fait le point sur la préparation du continent. Le Dr John Nkengasong explique qu'une équipe spéciale a été formée pour suivre l'évolution de la situation. Elle rassemble l'ensemble des pays membres deux fois par semaine. Quinze pays sont désormais capables de tester efficacement les personnes qui présentent des symptômes. Ils ont suivi une formation qui s'est achevée samedi à Dakar. Vingt nouveaux pays devraient bientôt recevoir la même préparation.

Parallèlement, l'OMS a envoyé des kits de test. La Chine en a envoyé 3 000 qui seront entreposés à Addis-Abeba et serviront de secours.

Autre point : les contrôles de température. Une formation a été dispensée au personnel d'Ethiopian Airlines la semaine dernière. Kenyan Airways devrait suivre.
Le Dr John Nkengasong soutient la compagnie éthiopienne dans sa décision de maintenir ses six vols vers et au départ de la Chine. « Nos recommandations sont strictement alignées sur celles de l'OMS. Lorsqu'elle a élevé l'épidémie à une urgence mondiale, elle a aussi été très claire sur le fait que cela ne devait entraîner aucune restriction de mouvements de biens et personnes, y compris par avion. »

Le Dr Nkengasong reconnaît que chaque État est libre de ses décisions. Mais il s'inquiète que certains refusent d'accueillir leurs ressortissants revenant de Chine. Il refuse toutefois de les nommer.