Coronavirus: L'UE défend sa stratégie de distribution des vaccins

·2 min de lecture
CORONAVIRUS: L'UE DÉFEND SA STRATÉGIE DE DISTRIBUTION DES VACCINS

VIENNE (Reuters) - La Commission européenne a défendu samedi sa politique de distribution des vaccins COVID-19 au sein de l'Union européenne (UE) après que l'Autriche et cinq autres États membres se sont plaints que les doses n'étaient pas réparties de manière égalitaire.

Dans une lettre commune adressée à la Commission et au Conseil européen, les chefs d'Etat de six pays européens, parmi lesquels la République tchèque, la Bulgarie, la Slovénie, la Lettonie ainsi que la Croatie, ont appelé à des discussions sur la distribution des vaccins contre le nouveau coronavirus.

La Commission a répondu que les doses avaient été distribuées proportionnellement à la population de chaque Etat et en tenant compte des données épidémiologiques, ajoutant qu'il appartenait aux gouvernements de décider de la répartition des doses.

Selon une politique décidée par les gouvernements de l'UE, les pays confrontés à une phase plus aiguë de l'épidémie pourraient avoir accès à davantage de doses, si certains gouvernements choisissaient de ne pas utiliser leur allocation au prorata, a fait savoir l'exécutif européen dans un communiqué.

"Il appartient aux États membres de trouver un accord s'ils souhaitaient revenir à la distribution au prorata", a ajouté la Commission, précisant qu'il soutenait une méthode d'allocation exclusivement basée sur le prorata de la population des pays de l'Union européenne.

La Commission européenne a été critiquée pour la lenteur du déploiement des vaccins dans l'UE, alors que les gouvernements européens jouent un rôle central dans les commandes de vaccins et dans les stratégies de vaccination.

Vendredi, le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, a estimé que les stocks disponibles de vaccins contre le COVID-19 n’étaient pas répartis de manière égalitaire entre les pays de l'UE en proportion de leur population respective, et a réclamé une transparence accrue.

Il a expliqué lors d'une conférence de presse avoir comparé les chiffres de livraison de Vienne avec ceux dont disposaient d'autres dirigeants de l'UE et conclu à des divergences croissantes selon les pays.

Pour expliquer ces entorses au principe d'une répartition sur la base de la population, Sebastian Kurz a avancé l'hypothèse d'accords directs entre certains groupes pharmaceutiques et le groupe de pilotage créé par l'UE pour coordonner l'approvisionnement en vaccins.

La lettre, publiée par les médias autrichiens, appelle à des discussions pour trouver "une solution européenne".

Le cabinet de Charles Michel, le président du Conseil européen, s'est refusé à tout commentaire.

(Francois Murphy, version française Matthieu Protard)