Coronavirus : la longue marche vers la guérison

À Ploemeur (Morbihan), dans le centre de rééducation de Kerpape, c’est un pas de géant pour ce patient : quelques pas pour Gérard Huet, qui enchaîne son troisième jour de rééducation après trois semaines de coma. “Je fais des efforts tous les jours, j’ai été surpris de pouvoir remarcher aujourd'hui”, se réjouit-il. Une rééducation complexe en raison des séquelles Difficile de retrouver des forces avec des muscles affaiblis alors que leur système respiratoire est encore fragile pour certains patients, après plusieurs semaines passées alités à l’hôpital. À cela s'ajoutent les séquelles à la contamination qui complique davantage la rééducation . “On fait en fonction des patients, on essaie d’anticiper et d’avoir un recul sur une semaine mais on ne sait pas si leur état peut se détériorer”, explique Emmanuel Collet, kinésithérapeute au centre de rééducation de Kerpape (Morbihan).