Coronavirus : ce que l'on sait du premier cas de réinfection "grave" par le variant identifié en Afrique du Sud

franceinfo
·1 min de lecture

Un patient a été infecté par ce variant, alors qu'il avait déjà attrapé le Covid-19, dont il avait guéri, en septembre.

Un premier cas de réinfection grave par le variant 501.V2 du coronavirus, identifié en Afrique du Sud, a été décrit par des chercheurs français, ont annoncé vendredi 12 février les hôpitaux de Paris (AP-HP). "Ce cas illustre le fait que le variant peut être responsable d'une réinfection grave après une première infection légère" avec le coronavirus classique, écrivent les chercheurs dans leur étude, parue mercredi dans la revue Clinical Infectious Diseases (lien en anglais). "C'est, à notre connaissance, la première description d'une réinfection avec le variant sud-africain causant un Covid-19 sévère, quatre mois après une première infection modérée", ajoutent-ils. Voici ce que l'on sait de cette réinfection.

>> Covid-19 : suivez les dernières informations dans notre direct

Un patient déjà infecté en septembre

Le cas décrit par les chercheurs français est celui d'un patient de 58 ans. En septembre 2020, cet homme, qui a des antécédents d'asthme, souffre de fièvre et a des difficultés à respirer modérées. Une infection au Covid-19 est diagnostiquée avec un test PCR. Les symptômes disparaissent en quelques jours et l'homme est testé négatif à deux reprises en décembre.

En janvier, il est réadmis aux urgences de l'hôpital Louis-Mourier (AP-HP) de Colombes (Hauts-de-Seine) pour des difficultés respiratoires et de la fièvre. Son test PCR est à nouveau positif et le séquençage génétique réalisé montre la présence de mutations caractéristiques du variant 501.V2, identifié en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi