Coronavirus : "On est loin de l’immunité collective", prévient Rémi Salomon

·2 min de lecture

Entre la vaccination et les nombreuses personnes guéries du Covid-19, pourra-t-on bientôt être débarrassé du virus ? Pour Rémi Salomon, "on a encore du chemin à parcourir". Le président de la Commission médicale d’établissement de l’AP-HP était invité samedi matin sur Europe 1 pour faire un point sur la situation épidémique.

Le gouvernement desserrera à nouveau la vis mercredi prochain avec la réouverture des salles des restaurants ou encore l’assouplissement du télétravail. Mais pour le président de la Commission médicale d’établissement de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Rémi Salomon, cela ne veut pas dire qu’il faut baisser notre vigilance face au coronavirus. Nous sommes, d’après lui, "loin de l’immunité collective" tant attendue.

"On a encore du chemin à parcourir"

L’immunité collective, c’est "ce qui fera disparaître le virus". Et pour l’atteindre, il faut qu’un maximum de personnes aient développé une résistance face au Covid-19, soit grâce à un vaccin, soit en l’ayant attrapé. Sauf qu’actuellement "à peu près 18% des Français" ont reçu deux doses d'un vaccin et "à peu près 21à 25%" ont combattu le virus, détaille Rémi Salomon. "Si vous additionnez les deux, vous arrivez à 40% environ. Et l’immunité collective, c’est plutôt 80% selon les épidémiologistes", poursuit le président de la CME.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation samedi 5 juin

Il y a quelques temps encore, il était possible d’envisager une immunité collective autour de 60 ou 70% de personnes résistantes au coronavirus. Mais avec les variants, ces espoirs se sont envolés. "Avec les formes plus transmissibles, il faut un niveau d’immunité plus important", affirme Rémi Salomon. Avant d’ajouter : "on a encore du chemin à parcourir".

Une "course" entre la vaccination et la diffusion des varia...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :