Coronavirus : les lobbys ont profité de la crise, dénoncent Les Amis de la Terre

"La crise du coronavirus a accentué le problème du lobbying. On a des entreprises qui publiquement se façonnent une image verte, généreuse, mais par derrière elles activent leurs lobbys pour démanteler des normes environnementales et sociales. Cela concerne les secteurs de l’automobile, l’agrochimie, le plastique…", explique Juliette Renaud sur franceinfo mercredi 3 juin. "L’autre bataille, c’est la captation des aides publiques. Chez Air France, les engagements verts sont finalement creux et cachent même un usage accru des agrocarburants comme l’huile de palme", souligne la responsable de campagne pour l’ONG Les Amis de la Terre. Plus de transparence Pendant cette crise sanitaire, "on a eu, sous la pression des lobbys, une réduction des distances pour les épandages des pesticides. Les lobbys profitent de leur accès privilégié avec les décideurs. La société civile et les syndicats sont marginalisés et même les parlementaires ont du mal à faire leur travail parce que les lois sont votées dans l’urgence et quasiment sans débat", dénonce-t-elle. "Les Amis de la Terre propose de renforcer la transparence du lobbying, la mise en place d’un observatoire indépendant pour la transparence des marchés publics et un suivi des règles du droit du travail réaménagées à cause de la pandémie. La distribution des aides d’État doit être aussi associée à des conditions sociales, environnementales et fiscales contraignantes", conclut Juliette Renaud.