Coronavirus: L'Italie ne veut "pas se faire d'illusions" malgré des chiffres encourageants

AFP
En Italie, premier foyer mondial, l'épidémie de coronavirus a déjà fait plus de 6.000 morts. 

CORONAVIRUS - Les autorités sanitaires italiennes ont appelé, ce mardi 24 mars, à “ne pas se faire d’illusions” sur la baisse du nombre de nouveaux cas de coronavirus la veille dans la péninsule, exhortant la population à respecter plus que jamais les règles de sécurité.

“Nous ne devons pas nous faire d’illusion à partir d’une petite baisse”, a déclaré le président de l’Institut supérieur de la Santé Silvio Brusaferro sur les ondes de Rai Radio2. Selon le bilan officiel publié lundi 23 mars au soir, les nouveaux cas ont chuté à 4.789, contre 6.557 samedi. L’Italie a enregistré 601 nouveaux décès liés au coronavirus en 24 heures, un chiffre également en baisse, soit 6.077 depuis le début de l’épidémie.

“Nous devons examiner les données très attentivement, les analyser sur le plan épidémiologique. Il faut encore attendre quelques jours pour comprendre quelle est la tendance, nous vivons une semaine très importante”, a-t-il expliqué, appelant ses compatriotes à respecter les règles de sécurité pour empêcher de nouvelles contagions.

Les Italiens unanimement convaincus par la réponse des autorités 

“Efforçons-nous tous de suivre les bons comportements. Un mauvais comportement aujourd’hui aura des conséquences dans les deux prochaines semaines”, a-t-il mis en garde. “Notre capacité à être rigoureux dans le respect des règles influencera certainement les évolutions des courbes (de contagion) dans toutes ls régions”, a-t-il insisté.

La grande majorité des Italiens semblent à présent accepter et respecter les mesures restrictives, comme le montrent les rues désertes des principales métropoles italiennes de Milan à Naples, en passant par Rome et Florence, bien loin des foules observées il y a deux semaines sur les plages ou dans les parcs.

Selon un sondage publié ce week-end par le quotidien La Repubblica, 94% des personnes interrogées jugent “positives”, voire “très positives”, les mesures adoptées par l’exécutif, de la fermeture des écoles à l’arrêt des activités commerciales...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post