Coronavirus : l'hôpital de Valenciennes reste sous tension

La deuxième vague qui touche de plein fouet l’Hexagone entraîne des tensions voire des saturations d’hôpitaux. Les soignants, eux, sont épuisés. À l’hôpital de Valenciennes (Nord), les moyens humains et matériels sont le nerf de la guerre ici. Mercredi 4 novembre, comme chaque matin, au sous-sol, le directeur et les chefs de service se retrouvent autour d’une cellule de crise. Lits, respirateurs, médicaments, chacun explique de quoi il manque. Certaines commandes n’arrivent jamais. Besoin de plus de personnel "On gère finalement selon la pénurie. Plus on a des ressources humaines, plus on peut réfléchir à des possibilités. Ensuite, il y a les respirateurs, la logistique, les médicaments qui sont aussi un facteur limitant", explique Nabil El Beki, chef de pôle urgences-réanimation. En outre, l’épidémie consume les ressources de l’établissement dans la durée car certains malades du Covid doivent rester longtemps hospitalisés.