Coronavirus : l'espoir d'un vaccin universel

·1 min de lecture

Après la pandémie de Covid-19, d'autres coronavirus déjà présents chez de nombreux animaux menacent l'humain. Pour s'en prémunir, des scientifiques européens et américains développent déjà des vaccins susceptibles de déclencher une plus large protection immunitaire.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - La Recherche n°893 daté juillet et août 2021.

Souvenons-nous l'été dernier : on attendait de savoir si les scientifiques allaient réussir à mettre au point un vaccin contre le virus SARS-CoV-2. Depuis, après quelques mois d'intenses activités de recherche - se fondant sur des années de travaux fondamentaux - et d'essais cliniques, ce ne sont pas moins de quatre vaccins qui ont été autorisés par l'Agence européenne du médicament, avec des taux de protection exceptionnels. Un record ! Cette réussite sans précédent a donné des ailes à certains chercheurs et laboratoires : leur rêve, concevoir un vaccin "universel", susceptible d'immuniser l'organisme contre tous les coronavirus et notamment ceux qui n'ont pas encore infecté l'humain. Car si l'on sait que sept coronavirus circulent parmi notre espèce, ils font en réalité partie d'une très grande famille présente chez de nombreux animaux. Depuis lesquelles une nouvelle émergence ne manquera pas de se produire. D'ailleurs, des biologistes américains ont récemment rapporté, dans la revue Clinical Infectious Diseases, la présence d'un coronavirus, fruit d'une recombinaison entre des coronavirus canin et porcin, chez sept enfants et une adulte en Malaisie.

Un vaccin expérimental contre les SARS-CoV-1 et 2

"Ces initiatives sur les vaccins sont intéressantes, souligne Astrid Vabret, virologue au CHU de Caen. Elles illustrent enfin une prise de conscience générale : les coronavirus représentent une menace sérieuse, ils ont un haut potentiel d'émergence dans la population humaine. Face aux prochains virus, on ne pourra pas gagner la bataille sans un minimum de préparation. Il est nécessaire de profiter de la mobilisation générale due à cette pandémie pour anticiper la suite." En mai, l'équipe de l'immunologiste américain Barton Haynes, de l'université Duke, en collaboration avec le virologue Ralph Baric, de l'université de Caroline du Nord, a publié, dans la revue Nature , le[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles