Face au coronavirus, les EHPAD s'organisent comme ils peuvent

Lucie Oriol
Face au coronavirus, la situation reste disparate dans les EHPAD et résidence autonome

CORONAVIRUS - En Île-de-France, une centaine d’EHPAD relèvent déjà des cas de coronavirus, alors que pourtant depuis deux semaines, les visites aux personnes fragiles sont interdites. Interrogé ce jeudi 26 mars au matin sur Europe 1, le Professeur Philippe Juvin​, chef du service Urgences de l’hôpital Pompidou et maire LR de la Garenne-Colombes, estimait qu’il fallait agir vite pour éviter “l’hécatombe” et en appeler à la réserve sanitaire.

Des directeurs et personnes d’EHPAD ou de résidences autonomes ont accepté de témoigner auprès du HuffPost et de raconter leurs difficultés et leur crainte face à la vague qui vient. Et dans l’épidémie, force est de constater que la situation est disparate suivant les établissements.

>> LIRE AUSSI: Coronavirus: cas, symptômes, morts... toutes les informations pour bien comprendre

Confinement et réorganisations

Séverine Laboue, directrice du groupe hospitalier Loos Haubourdin dans le Nord, qui compte deux EHPAD, n’a pas attendu les mesures officielles des autorités sanitaires pour repenser la logistique de ses établissements: “Dès la fin du mois de février, on a recensé les personnels à risque et on a fermé notre accueil de jour pour le transformer en garde d’enfant”. 

Au fil du temps, la directrice a bien fini par recevoir des directives des autorités sanitaires, mais certaines étaient parfois “contradictoires”. Il a par ailleurs fallu attendre le 6 mars avant de recevoir un mail très clair interdisant toute visite.

Séverine Laboue qui a identifié trois points d’entrées du virus – le personnel, les prestataires et les résidents eux-mêmes- vient de mettre en place un confinement par chambre.

Une décision qui n’est pas sans conséquence comme le pointe, Thierry Le Brun, médecin gériatre et coordonnateur de l’EHPAD La mémoire des ailes en Gironde: “Nos résidents souffrent de cet isolement. Autre difficulté que nous rencontrons, l’isolement des résidents présentant des troubles cognitifs et comportementaux est quasiment impossible, car...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post