Coronavirus: quel sera l'impact du printemps sur l'épidémie?

Thibaut Derex
Emmanuel Macron a annoncé la fermeture de toutes les écoles et universités à partir du lundi 16 mars. (image d'illustration)

CORONAVIRUS - “D’ici avril, ou au cours du mois d’avril, la chaleur en général tue ce genre de virus”, avait affirmé Donald Trump le 10 février dernier en évoquant le nouveau coronavirus. Certes, l’arrivée du printemps et la hausse des températures voient la propagation de certains virus ralentir. C’est le cas pour ceux de la grippe ou la gastro-entérite.

Mais il n’en est pas nécessairement de même pour celui à l’origine de la pandémie de Covid-19, le coronavirus Sars-Cov2. “Nous espérerons qu’avec un temps plus chaud il ira en diminuant. Mais nous ne pouvons travailler sur la base de cette hypothèse. Nous nous devons de prendre comme hypothèse de travail que cela va devenir de pire en pire”, détaillait à l’AFP le 12 mars Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des maladies infectieuses.

En attendant, de nombreuses équipes de scientifiques cherchent à savoir quel pourrait être l’impact du climat sur le virus. Voici quelles sont leurs conclusions pour le moment.

LIRE AUSSI: Coronavirus: cas, symptômes, morts... toutes les informations pour bien comprendre

 

Le contre-exemple chinois

Une équipe de chercheurs américains a étudié la propagation du coronavirus Sars-Cov2 en Chine selon les différentes régions et leurs climats. Ils ont remarqué qu’il y avait peu de différences entre les zones humides et sèches.

Sur cette cartographie ci-dessous, plus une zone est humide, plus elle est verte. En parallèle, plus les cercles sont rouges, plus le taux de propagation du virus est important. On remarque que le virus ne semble pas plus se propager dans les zones humides qu’ailleurs.

Surtout, les auteurs de l’étude rappellent que même si le coronavirus était à l’avenir impacté par les températures, l’intervention des services de santé publique est nécessaire pour enrayer la pandémie.

Malgré tout, les scientifiques ont des échantillons avec peu de personnes et n’ont pas beaucoup de recul dans le temps. Il est possible qu’une variation plus importante de l’humidité ait un impact,...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post