Coronavirus: le premier Français décédé était enseignant dans l'Oise

L'Hôpital de la Pitié Salpétrière où est décédée la première victime française touchée par le coronavirus. (Photo: AFP)

CORONAVIRUS - Tandis que cinq nouveaux cas de contamination ont été recensés depuis mardi 25 février en France, un premier Français est mort dans la nuit de mardi à mercredi à Paris après avoir été infecté par le nouveau coronavirus, portant à deux le nombre de victimes de l’épidémie décédées sur le territoire national

Cet homme de 60 ans avait été testé en urgence mardi à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière “dans un état gravissime”, a indiqué ce mercredi le numéro deux du ministère de la Santé, Jérôme Salomon, lors d’une conférence de presse.

Dans la matinée, le ministère de l’Éducation a précisé que la victime était enseignante d’un collège de Crépy-en-Valois (Oise). Le Parisien indique que le sexagénaire était également conseiller municipal dans la commune de Vaumoise.

Une enquête lancée “en urgence”

On ignore encore comment il a contracté le coronavirus. “L’enquête a été lancée en urgence” sur l’endroit où ce patient a pu être infecté et sur son entourage, a indiqué le professeur Salomon, en précisant que “tous les détails des investigations en cours” seraient présentés par le ministre Olivier Véran lors d’une conférence de presse en soirée.

L’enquête devra notamment déterminer si le coronavirus est directement impliqué dans le décès du patient qui avait dans un premier temps été hospitalisé à Creil, toujours selon Le Parisien.

Le collège de Crépy-en-Valois où enseignait ce professeur fait partie des zones académiques en vacances scolaires depuis le 14 février au soir; les cours reprendront lundi prochain.

Mais selon le maire de Vaumoise et une source médicale cités par Le Parisien, l’individu ne rentrait “ni d’Italie ni de Chine” et aurait succombé à une “embolie pulmonaire massive”. 

Mercredi après-midi, l’Agence régionale de santé a confirmé que l’enseignant ne s’était pas rendu dans une zone d’exposition à risque. Par ailleurs, il était en arrêt de travail depuis le 12 février et n’avait “pas fréquenté son établissement depuis cette date”, alors que le délai d’incubation du coronavirus est de “14 jours au maximum”, a expliqué le directeur de l’ARS des Hauts-de-France, Etienne Champion:

“Les investigations sont encore en cours à cette heure pour déterminer la source” de sa contamination, tout comme celle d’un autre patient atteint du coronavirus et hospitalisé à Amiens, qui ne s’était pas rendu non plus dans une zone à risques.

Une cellule de crise travaille actuellement à “l’identification des personnes avec lesquelles ces deux patients ont été en contact rapproché”, a ajouté Etienne Champion, précisant que tous deux ont “séjourné auparavant dans d’autres établissements de santé”, dont les patients et soignants “sont en cours d’évaluation”.

Pour l’heure, le bilan de la maladie Covid-19 en France est de deux morts (le Français de 60 ans et un touriste chinois de 80 ans), onze guérisons et quatre malades toujours hospitalisés, soit 17 cas au total.

Outre le sexagénaire décédé et le patient d’Amiens, un nouveau cas a été confirmé mercredi, en plus des deux déjà annoncés mardi soir. Aucun cas n’avait été repéré en France depuis le 15 février, mais entre-temps, la maladie a gagné l’Italie, pays frontalier qui est aussi celui d’Europe le plus touché.

À voir également sur Le HuffPost“On diabolise les patients”: cet ex-malade chinois du coronavirus raconte sa quarantaine

LIRE AUSSI

Face au coronavirus, voici ce que vous et votre employeur devez et pouvez faire

Coronavirus: Blanquer prêt à déployer l'enseignement à distance

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.