Coronavirus: L'Allemagne envisage de reporter la deuxième injection du vaccin, le Danemark l'approuve

par Andreas Rinke et Nikolaj Skydsgaard
·2 min de lecture
CORONAVIRUS: L'ALLEMAGNE ENVISAGE DE REPORTER LA DEUXIÈME INJECTION DU VACCIN, LE DANEMARK L'APPROUVE

par Andreas Rinke et Nikolaj Skydsgaard

BERLIN/COPENHAGUE (Reuters) - L'Allemagne envisageait lundi de reporter l'administration de la deuxième dose du vaccin contre le COVID-19 de BioNTech et Pfizer afin de disposer plus longtemps de ses stocks, à l'image de la décision prise la semaine dernière par la Grande-Bretagne.

De son côté, le Danemark a approuvé lundi un délai allant jusqu'à six semaines entre les injections des deux doses du vaccin.

Le ministère allemand de la Santé a sollicité l'avis d'une commission indépendante sur la vaccination concernant une éventuelle augmentation de ce délai au-delà de la limite maximale actuelle de 42 jours, selon un document consulté par Reuters.

Cette initiative intervient sur fond de critiques adressées au ministre de la Santé, Jens Spahn, y compris au sein de son camp conservateur, sur la quantité de vaccins disponibles et le rythme de la campagne de vaccination en Allemagne.

Lors d'une réunion à huis clos avec des responsables de son parti, l'Union chrétienne démocrate de la chancelière Angela Merkel, Jens Spahn a exprimé l'espoir de pouvoir proposer d'ici l'été une vaccination à l'ensemble de la population du pays, dès que davantage de vaccins seraient autorisés, ont rapporté des personnes présentes.

Certains spécialistes allemands des questions de santé ont salué la décision de la Grande-Bretagne de retarder l'administration de la deuxième dose du vaccin Pfizer-BioNTech dans le but de fournir une première protection au plus grand nombre de personnes.

"Au vu du manque actuel de vaccins et du nombre très élevé des contaminations et des hospitalisations (en Allemagne), une stratégie consistant à vacciner autant de personnes que possible aussi tôt que possible est plus efficace", a dit Leif-Erik Sander, responsable de la recherche vaccinale à l'hôpital berlinois de la Charité.

Dans un communiqué commun, Pfizer et BioNTech ont toutefois souligné qu'ils manquaient de données pour approuver un report de la deuxième injection.

L'Agence européenne des médicaments a pour sa part rappelé que l'intervalle maximal de 42 jours entre les deux injections de ce vaccin devait être respecté pour obtenir une protection complète.

L'agence danoise de la santé va autoriser un délai maximal de six semaines entre les deux doses, a annoncé lundi son directeur Soren Brostrom à l'agence de presse locale Ritzau, après avoir examiné les données relatives aux vaccins.

Il a toutefois ajouté que les directives initiales sur un délai de trois à quatre semaines devaient être respectées autant que possible et que, en l'absence d'éléments scientifiques probants, il ne pouvait pas recommander d'aller au-delà de six semaines.

(version française Dagmarah Mackos, édité par Bertrand Boucey)