Covid-19 : l'Algérie redoute une deuxième vague de contaminations

Par Adlène Meddi, à Alger
·1 min de lecture
Après plusieurs semaines de lente décrue, l'Algérie – dont les frontières restent fermées – connaît une poussée des contaminations depuis une dizaine de jours.
Après plusieurs semaines de lente décrue, l'Algérie – dont les frontières restent fermées – connaît une poussée des contaminations depuis une dizaine de jours.

Alors que l'hiver algérois s'installe peu à peu à coups de grisaille et de pluies éparses, l'inquiétude face à la perspective d'une seconde vague de contaminations au nouveau coronavirus se fait de plus en plus sentir.

Après un discours rassurant sur la maîtrise de la pandémie, les autorités algériennes reprennent des éléments de langages alarmistes. Samedi dernier, c'est le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, qui déclarait que « la hausse des cas de Covid-19 est inquiétante », tout en critiquant le « relâchement » concernant les gestes et mesures barrières. « Ce ne sont pas les 275 cas confirmés de vendredi [23 octobre] qui font peur, mais c'est ce qui nous attend à l'avenir si l'on continue de la sorte », s'est-il inquiété.

Ce lundi 26 octobre au soir, l'Algérie compte 276 nouveaux cas de coronavirus ces dernières 24 heures, contre 263 cas dimanche, 250 samedi et 273 cas vendredi, selon le bilan officiel. C'est le troisième jour consécutif de hausse des cas dans le pays.

Lire aussi Covid-19 : l'Algérie face au casse-tête de la rentrée scolaire

Reconfinement ? « On ne peut rien écarter »

Dimanche, c'est au tour du Premier ministre, Abdelaziz Djerad de sonner l'alerte : « La situation dans notre pays, et après une maîtrise de la situation sanitaire et l'enregistrement de résultats forts encourageants, montre aujourd'hui des signes perceptibles de relâchement, lesquels suscitent la crainte d'une résurgence de cas de clusters et doivent inciter, non seu [...] Lire la suite