Coronavirus : Lagarde appelle à un changement des règles de la campagne électorale

·2 min de lecture

Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a appelé samedi à un changement des règles de la campagne électorale afin d'autoriser entre autres le sponsoring sur internet et pallier ainsi les contraintes sanitaires imposées par l'épidémie de coronavirus.

Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a appelé samedi à un changement des règles de la campagne électorale afin d'autoriser entre autres le sponsoring sur internet et pallier ainsi les contraintes sanitaires imposées par l'épidémie de coronavirus.

"Le problème c'est la campagne"

"Le jour du vote on n'a pas de risque de contamination, le problème c'est la campagne", a déclaré le leader centriste sur France inter, à quatre mois des élections régionales. "Vous ne pouvez plus faire de réunions publiques, vous n'allez pas faire du porte-à-porte, vous n'allez pas dans les bistrots, sur les marchés." "Donc il faut changer la loi sur les campagnes électorales, autoriser par exemple le sponsoring sur internet avec un plafond, augmenter les plafonds de campagne pour qu'on puisse distribuer directement dans les boîtes aux lettres plutôt que d'aller à la rencontre des gens", a-t-il ajouté.

"Tout le reste de la société est contrainte à s'habituer au virus, il faut bien aussi que la démocratie s'y habitue", a estimé le député de Seine-Saint-Denis qui a mis en garde contre un report indéfini des élections régionales prévues initialement en mars et qui devraient, sauf dégradation de la situation sanitaire, se tenir en juin.

"C'est maintenant qu'on pourrait se préparer à ce passeport"

Concernant le passeport vaccinal, qui pourrait permettre de faciliter les déplacements de personnes attestant d'une vaccination anti-Covid, Jean-Christophe Lagarde a estimé qu'il fallait préparer sa mise en place dès maintenant.

"C'est maintenant qu'on vaccine les gens, c'est maintenant qu'on pourrait se préparer à ce passeport", a-t-il souligné. "J'aimerais savoir quel responsable politique va dire à 25, 30 millions de Français 'vous êtes vaccinés(...)


Lire la suite sur Paris Match