Coronavirus: l'Afrique face à la pandémie mardi 31 mars

L’Afrique comptait, ce mardi 31 mars, 5 287 cas confirmés de coronavirus. Le Covid-19 a déjà coûté la vie à 172 personnes sur le continent, selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine. En Afrique subsaharienne, les trois pays les plus touchés sont l’Afrique du Sud, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

  • ​​​​​​Mort de Pape Diouf, ancien journaliste, agent et patron de l’OM

Pape Diouf, 68 ans, est décédé ce 31 mars 2020 du coronavirus alors qu’il devait être transféré de Dakar vers la France. Il était une personnalité influente du football français et africain. Après avoir été journaliste puis agent de joueurs, le Franco-Sénégalais avait présidé l’Olympique de Marseille de 2005 à 2009.

Pour en savoir plus

  • Un premier décès en Mauritanie

L'Agence mauritanienne d'information (AMI) rapporte ce mardi qu'une première personne est décédée du coronavirus dans le pays. Il s'agit d'une Franco-Mauritanienne de 48 ans résidant en France. Elle devait sortir de confinement lundi en même temps qu'un groupe de 16 Français arrivés mi-mars et confinés depuis lors pour deux semaines dans des hôtels, conformément aux règles instaurées par les autorités mauritaniennes. C'est un test réalisé post-mortem qui a révélé qu'elle était porteuse du coronavirus, ont indiqué les autorités.

Après ce décès, le pays a officiellement déclaré six cas de contamination, dont deux guéris. Les autorités ont instauré un couvre-feu nocturne. Elles ont aussi décidé d'isoler les villes de Nouakchott et Kaédi (sud) où les cas de coronavirus ont été dépistés, et fermé la circulation entre les treize régions.

  • Heurts en Afrique du Sud

Des échauffourées ont éclaté ce mardi devant un hôpital de Welkom, à 160 km au nord-est de Bloemfontein, quand la police a tenté de disperser des infirmières qui protestaient contre la décision de l’hôpital de ne plus assurer leur transport entre leur lieu de travail et leur domicile. Des images vidéo diffusées sur les réseaux sociaux par Michael Sun, un conseiller municipal de la ville de Johannesburg, montrent des policiers faire usage de leurs armes à feu. Deux infirmières ont été touchées, selon leur syndicat (National Education, Health and Allied Workers' Union). Contrairement à ce que nous avions écrit dans un premier temps, elles auraient été blessées et non pas tuées.

À lire aussi : L'état du monde face à la pandémie de coronavirus le mardi 31 mars

Toujours en Afrique du Sud, où la population est désormais confinée, le président Cyril Ramaphosa annonce le déploiement d’agents de santé pour repérer les personnes atteintes du virus. Environ 10 000 agents feront donc du porte-à-porte dans l’espoir de minimiser la propagation du Covid-19. Le gouvernement craint notamment l’arrivé du coronavirus dans les townships, des bidonvilles où la densité de la population est importante. Deux cas ont été confirmés lundi dans les townships de Khayelitsha et d’Alexandra, au Cap et à Johannesburg, respectivement. Lors de son intervention télévisée, le chef de l’État a exhorté ses concitoyens à prendre la menace au sérieux.

Il s’agit de faire de la détection préventive, explique le ministre de la Santé, Zweli Mkhize. « Pour commencer, nous allons cibler les zones sensibles. Là ou un malade a été identifié, nous allons nous rendre dans son quartier et essayer d’identifier ceux qui auraient des symptômes. Et à partir de là, déterminer ceux qui doivent être testés, aller à l’hôpital ou être isolés. » Selon le ministre, ce programme va commencer dans les plus gros townships du pays : Alexandra, Diepsloot au nord de Johannesburg, Kayelitsha au Cap. Il sera ensuite étendu au reste du pays.

  • Kinshasa toujours dans l’attente d’un éventuel confinement

Les réunions de crise se multiplient, notamment autour du Premier ministre, pour garantir l’approvisionnement de plus de 12 millions de Kinois. Les défis sont énormes dans un pays sans infrastructures et qui importe tout. Dans la capitale congolaise, le plan de contingence commence tout juste à se mettre en place. Six hôpitaux publics ont été désignés par secteur pour accueillir les malades du coronavirus.

Première difficulté : la riposte peine à faire le suivi des personnes contacts, par manque de moyens surtout, personnel, véhicules, mais aussi par manque de transparence des patients qui, pour certains, se cachent. D'autres, et notamment les personnalités publiques, premières touchées, ont rechigné à transmettre leur liste de personnes contacts.

La deuxième difficulté, et sans doute la plus importante, est celle de soigner les patients qui nécessitent une hospitalisation. Il y a une cinquantaine de respirateurs disséminés dans les établissements publics de la capitale, des problèmes d’approvisionnement en bombonnes d’air, en extracteurs et concentrateurs d’oxygène aussi qui, confient certains médecins, risquent de coûter la vie de patients.

  • Écoles fermées au Bénin

Même si le président Patrice Talon estime que son pays n'a pas les moyens de confiner la population à domicile, il a malgré tout décidé d'isoler 12 villes, dont Cotonou et Porto-Novo. Les écoles et restaurants y seront fermées. Un centre dédié aux malades du Covid-19 a été mis en place. L’Ordre des médecins béninois s’en réjouit, bien qu’il s'inquiète du manque de moyens de protection pour le personnel soignant. « Il manque de tout pratiquement, déplore le docteur Francis Dossou, président de l’Ordre. On n’a pas suffisamment de tests pour dépister ceux qui seraient porteurs. »

  • Un garçon confiné tué sur son balcon au Kenya

La police kényane enquête sur la mort par balles lundi d’un garçon de 13 ans qui se trouvait sur son balcon dans un quartier populaire de Nairobi. Selon des voisins, des policiers avaient ouvert le feu pour forcer les habitants de Mathere à rentrer chez eux à l’heure du couvre-feu. L’adolescent, blessé à l’estomac, a été amené à l’hôpital où il est décédé. Dans un communiqué, l’inspectrice générale de la police, Hillary Mutyamba, parle d’une « balle perdue ».

  • Confinement généralisé en Ouganda

Lors de la sixième intervention télévisée depuis le début de la crise sanitaire, le président Yoweri Museveni a annoncé lundi un confinement de deux semaines. Le chef de l’État a justifié ces mesures en raison du manque de discipline de la population, qui avait été appelée à limiter volontairement ses mouvements. Il a critiqué le comportement des habitants des grandes villes qui se réfugient dans les campagnes. « Ils croient fuir le danger, mais tout ce qu’ils font, c’est apporter la mort aux habitants des villages », a déclaré Yoweri Museveni.

  • Dépistage au Cameroun

La ministre de la Santé annonce une campagne de dépistage dans la ville de Douala. Des équipes feront du porte-à-porte du jeudi 2 avril au lundi suivant. Cette opération pourrait être étendue à d’autres régions en fonction de l’évolution de la situation. Par ailleurs, les autorités sanitaires mettent en garde la population contre de la chloroquine de contrefaçon. Des tests sur deux échantillons ont montré qu’elles ne contenaient aucun principe actif.

  • Un premier cas en Sierra Leone

Le président Julius Maada Bio confirme ce mardi un premier cas de Covid-19 en Sierra Leone. Il s’agit d’un homme de 37 ans, a-t-il précisé dans une allocution télévisée. Il n’a pas cependant annoncé l’entrée en vigueur de mesures particulières, hormis la mise en quarantaine pendant 14 jours des voyageurs arrivant de l’étranger.

  • Le Botswana entre dans la danse

Le Botswana, où aucun cas n’avait été confirmé jusqu’à maintenant, signale ses trois premières contagions En vertu de l’état d’urgence, qui entrera en vigueur ce mercredi, les prix des aliments et produits pharmaceutiques sont gelés. Le président Mokgweetsi Masisi, autoconfiné depuis le 22 mars après un séjour en Namibie, a fait connaître son intention de prolonger l’état de l’urgence à l’issue de la période fixée par la Constitution, ce qui l’obligera à demander l’aval du Parlement en mai.

  • Le Burundi enregistre ses deux premiers cas

Le Burundi, l’un des rares pays qui n’avait pas encore recensé officiellement de cas de coronavirus, est finalement touché à son tour. Le ministre de la Santé, Thaddée Ndikumana, a annoncé ce mardi soir la découverte de deux premiers cas de contamination au Covid-19. Il s’agit de deux hommes, des Burundais âgés respectivement de 56 ans et de 42 ans. Ils étaient en consultation dans un hôpital de Bujumbura lorsque l’alerte a été donnée. Le premier rentrait du Rwanda, le second de Dubaï après une escale à Kigali, a précisé Thaddée Ndikumana, qui a rassuré sur leur état général.

  • Au Gabon, explosion du marché noir des produits sanitaires

Deux nouveaux cas ont été testé positifs ce mardi, ce qui porte le nombre de personnes contaminées à 18, dont un mort. La population vit depuis bientôt deux semaines en confinement partiel et sous le régime d’un couvre-feu de 19h30 à 6h du matin. Comme partout dans le monde, les masques manquent. Face à la demande, les vendeurs ambulants se sont reconvertis en vendeurs de masques et gants.

  • Au Burkina Faso, les commerçants réclament des mesures financières

Une semaine après la fermeture des gros marchés de la capitale Ouagadougou, les commerçants attendent toujours des mesures d’accompagnement. Une quinzaine d’associations et de syndicats de commerçants demandent des mesures financières pour faire face à leurs charges, et leurs doléances ont été remises au gouvernement. Selon ces commerçants, la crise sanitaire risque d’engendrer une autre crise, économique celle-ci, si rien n’est fait dans l’urgence pour les soutenir.

  • Les membres du gouvernement soudanais mettent la main à la poche

Les membres du Conseil souverain, le gouvernement soudanais, ont décidé de verser la moitié de leurs salaires ce mois-ci pour renflouer un fonds destiné à la lutte contre le coronavirus. Les militaires, quant à eux, vont donner une journée de salaire. Par ailleurs, le Covid-19 a coûté la vie à deux médecins soudanais en Grande-Bretagne, les docteurs Amged El Hawrani et Adil el Tayar, âgés respectivement de 55 et 63 ans.

  • En Tunisie, une initiative pour rassembler les initiatives

Une plateforme numérique, Ma3ak, a été lancée pour rassembler les initiatives visant à aider les plus démunis. Elle met en relation des volontaires et des personnes qui ont besoin d’aide. Développée par le ministère de la Santé et l’opérateur téléphonique Orange, elle permet également de dispenser des informations et conseils. Le Covid-19 a déjà emporté 10 personnes en Tunisie.

  • Les Jeux méditerranéens reportés

Les Jeux méditerranéens, qui devaient avoir lieu à Oran (Algérie) en juin 2021, ont été décalés à 2022, selon le ministre de la Jeunesse et des Sports. Par ailleurs, le président Tebboune a rendu hommage à un chirurgien qui était en première ligne pour lutter contre le Covid-19, le docteur Ahmad Mahdi, un médecin de l’hôpital Frantz Fanon à Blida. La pandémie a déjà coûté la vie à 35 personnes en Algérie, selon le ministère de la Santé.

  • Vague de grâces présidentielles au Niger

Le président Mahamadou Issoufou a décidé de désengorger les prisons pour éviter la propagation du coronavirus dans le milieu carcéral. Quelques 1 500 prisonniers, dont le chef de file de l’opposition Hama Amadou, ont été graciés. Les acteurs de la société civile saisissent l’occasion et en appellent au président pour libérer d’autres prisonniers politiques, comme ces six personnes incarcérées récemment lors d’un rassemblement non autorisé.