Coronavirus: l’état du monde face à la pandémie dimanche 3 mai

La pandémie a fait au mois 243 637 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, dont plus de 85% en Europe et aux États-Unis, selon un dernier bilan établi par l'AFP sur la base des chiffres de sources officielles, admis comme largement sous-évalués.

Si de nombreux pays ont commencé à assouplir le confinement, 4,6 milliards d'êtres humains sont toujours appelés à rester chez eux ou soumis à des restrictions de déplacement.

Déconfinement en France : la date du 11 mai n’est pas absolument certaine

Le coronavirus a causé 135 décès supplémentaires en 24 heures en France, soit un total de 24 895 décès depuis le 1er mars, a indiqué dimanche la Direction générale de la santé. La pression sur les services de réanimation s'allège légèrement, avec 8 patients Covid-19 en moins, mais le nombre total de malades hospitalisés dans ces services reste supérieur aux capacités initiales, selon un communiqué.

Mettant en garde contre un relâchement du respect des mesures de confinement, le ministre de la Santé, Olivier Véran a souligné cependant ce dimanche dans une interview au Parisien/Aujourd'hui en France que la date du 11 mai choisie pour engager le déconfinement de la France pourrait être remise en question si le nombre de nouveaux malades devait être trop élevé.

« Si le confinement est bien respecté jusqu'au bout, le couvercle aura été mis sur la casserole de l'épidémie, et nous pourrons déconfiner progressivement dans les meilleures conditions », a expliqué Olivier Véran. « Dans le cas contraire, et si le nombre de nouveaux malades devait être trop élevé, la date de lever du confinement pourrait être remise en question et sera appréciée selon les départements », a-t-il ajouté.

À lire aussi : Coronavirus : quelle quarantaine pour ceux qui entrent en France ?

Lavage de mains à répétition, port du masque obligatoire ou recommandé, récréations échelonnées : des règles d'hygiène très strictes régissent le protocole sanitaire, publié ce dimanche, qui encadrera dès le 11 mai la réouverture des écoles.

Avant l’arrivée à l’école, les parents sont ainsi invités à prendre la température de leur enfant, et à le garder à la maison en cas de symptôme de fièvre. L'arrivée et le départ à l'école peuvent être étalés dans le temps, l’objectif étant de « limiter les croisements entre élèves de classes différentes ou de niveaux différents ».

Les salles de classe doivent être organisées de manière à respecter une distance d'au moins un mètre entre les tables, y compris le bureau du professeur. Ce principe doit pouvoir être décliné dans tous les contextes et espaces (arrivée et abords de l'école, récréation, couloirs, préau, restauration scolaire, sanitaires...). Dans le second degré, il est recommandé de privilégier le déplacement des professeurs plutôt que celui des élèves, et donc d'attribuer une salle à une classe.

Pour les personnels, les autorités sanitaires recommandent le port du masque anti-projection, également appelé masque « grand public ». Les gestes barrières devront être appliqués « en permanence, partout et par tout le monde ».

Enfin, les échanges manuels de ballons, jouets, crayons, etc. doivent être « évités ou accompagnés de modalités de désinfection après chaque utilisation ». Quant aux récréations, elles doivent être organisées par groupes de classes, en tenant compte des recommandations relatives à la distanciation et aux gestes barrière.

Coronavirus : l'Europe poursuit son déconfinement

Avec de nouveaux assouplissements prévus en début de semaine dans une quinzaine de pays, l'Europe enclenche progressivement le déconfinement de ses populations. Les Espagnols pourront dès ce lundi aller chez le coiffeur, sous conditions : un client par salon, et sur rendez-vous. Bars et restaurants lèvent également leur rideau, mais uniquement pour de la vente à emporter.

Dans plusieurs régions d’Allemagne, les écoles rouvrent progressivement leurs portes. Mais le masque reste obligatoire dans les transports et dans les magasins des villes allemandes qui ont déjà repris leurs activités depuis le 20 avril.

L’Autriche, la Belgique, le Portugal et les pays scandinaves allègent aussi leurs restrictions. Les Polonais et les Croates peuvent se rendre au musée, tout comme les Slovènes et les Hongrois qui, en plus, pourront déjeuner et prendre leur café en terrasse ce midi. Quant à l'Italie, cloîtrée depuis deux mois par la pandémie, elle attend avec fébrilité la levée partielle des restrictions ce lundi.

L’Italie se prépare au déconfinement

Le nombre de décès dus au Covid-19 en Italie a augmenté de 174 dimanche, contre 474 la veille, a indiqué l'Agence de protection civile, affichant ainsi le plus faible bilan quotidien de décès depuis le 10 mars.

Soumis depuis le 9 mars à un strict confinement, les Italiens se préparent à l'entrée en vigueur de toute une série de mesures d'assouplissement lundi, après avoir subi de plein fouet l'épidémie, qui a coûté la vie à près de 29 000 personnes dans la péninsule, notamment en Lombardie, dans le nord du pays.

« Ne baissez pas la garde. La phase II commence. Nous devons être conscients que ce sera le début d'un défi encore plus grand », a prévenu le responsable de la cellule chargée de répondre à la pandémie, Domenico Arcuri, rappelant que « la liberté relative » que les Italiens allaient gagner ce lundi serait remise en cause en cas de redémarrage de la contagion.

Réouverture des parcs avec maintien de la distanciation, possibilité de rendre visite à sa famille et de se réunir en nombre limité, déplacements circonscris à l'intérieur de la commune de résidence et liés aux seules exigences de travail et de santé, vente à emporter pour les bars et restaurants... les nouvelles règles sont attendues avec impatience par les Italiens.

Le Portugal limite le taux d'occupation de ses avions

Le Portugal a décidé de limiter l'occupation des avions à deux tiers de leur capacité afin de respecter la distanciation sociale entre les passagers alors que sa compagnie nationale TAP va reprendre jeudi ses premiers vols internationaux.

Cette limite qui entre en vigueur dimanche « permet de garantir une distance appropriée entre les passagers et assurer leur sécurité », précise le décret publié au journal officiel. Le décret prévoit toutefois des exceptions, notamment pour les vols assurant des opérations de rapatriement.

Russie : nombre record de contaminations

Le nombre de cas déclarés en Russie a connu ces derniers jours une forte hausse. Ce dimanche, le pays a pour la première fois enregistré plus de 10 000 nouveaux cas, rapporte notre correspondant Étienne Bouche. Il faut préciser que la Russie a intensifié le dépistage : selon les informations officielles, près de 4,2 millions de tests ont été effectués.

Moscou et sa région continuent de concentrer plus de la moitié des cas déclarés de contamination. Le maire de la capitale, Sergueï Sobianine, a écrit sur son blog samedi qu’environ 2% des Moscovites étaient atteints du Covid-19. Ce qui porterait le nombre de cas à un niveau bien supérieur à celui enregistré. La municipalité a fait savoir ce week-end qu’un hôpital temporaire était en cours d’aménagement dans un pavillon du VDNkh, un immense parc d’exposition datant de l’Union soviétique.

La période chômée instaurée fin mars par Vladimir Poutine a été prolongée jusqu’au 11 mai, date officielle -pour l’instant- de la fin du confinement. Vladimir Poutine s’adressera à la nation le 9, jour de la victoire sur l’Allemagne nazie. Le président devrait annoncer les nouvelles mesures qui régiront la vie des Russes pour les semaines à venir.

La vaccination de millions d'enfants menacée

Des millions d'enfants au Moyen-Orient et en Afrique du Nord risquent de ne pas être vaccinés contre la polio et la rougeole en raison de la pandémie de Covid-19, qui a perturbé des campagnes de vaccination, alerte l'Unicef.

États-Unis : manifestations pour la « réouverture de l'Amérique », Pompeo charge Wuhan

Aux États-Unis (plus de 66 000 décès), malgré des bilans quotidiens toujours lourds, plus de 35 des 50 États ont commencé à lever ou sont sur le point de lever leurs mesures de confinement, afin de relancer l'économie. Les manifestations pour la « réouverture de l'Amérique » se multiplient à travers le pays.

En attendant, le virus s'acharne sur les prisons américaines, leurs 2,3 millions de détenus ainsi que leurs gardiens. « En ce moment, c'est l'enfer », résume un agent contaminé de la prison de Marion, dans l'État de l'Ohio, dont plus de 80% des 2 500 détenus et 175 employés pénitentiaires ont été testés positifs.

À lire aussi : «Cancel Rent» : face à la crise du Covid-19, des Américains entament la grève des loyers

Par ailleurs, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a affirmé ce dimanche qu'il existait un « nombre significatif de preuves » que le Covid-19 provient d'un laboratoire de la ville chinoise de Wuhan, berceau de la pandémie.

« La Chine est connue pour sa propension à infecter le monde et à utiliser des laboratoires ne respectant pas les normes », a affirmé le secrétaire d’Etat américain sur la chaîne ABC. « Ce n'est pas la première fois que le monde est mis en danger à cause de virus provenant de laboratoires chinois. » Il a également dit regretter le manque de coopération des autorités chinoises afin de faire la lumière sur l'origine de la pandémie.

Déconfinement également en Asie

En Asie, la Thaïlande prévoit de rouvrir en début de semaine restaurants, salons de coiffure et stades. La Corée du Sud a annoncé dimanche un assouplissement, dans la semaine à venir, des mesures de distanciation sociale. Les rencontres de certains sports professionnels, parmi lesquels le base-ball et le football, y reprendront dans les prochains jours à huis clos.

Concert virtuel et caritatif en Inde

Près d’une centaine d’artistes et de célébrités indiennes, ainsi que quelques grandes stars américaines, ont participé à un grand concert virtuel de 4 heures, diffusé dimanche sur Facebook. Objectif : lever des fonds en faveur de la lutte contre le Covid-19 et la crise économique causée par le confinement dans le pays.

Depuis leur salon, leur chambre ou un studio improvisé, les célébrités indiennes ont entonné les classiques de Bollywood, des chansons plus intimes en l’honneur des médecins indiens, ou, comme l’immense percussionniste Zakir Hussein, un solo de percussion chargé d’émotion, rapporte notre correspondant Sébastien Farcis. Les stars du cinéma indien comme Katrina Kaif ont participé, quant à elles, en mettant en valeur les actions d’associations qui aident les victimes du coronavirus. Will Smith et Mick Jagger ont également fait des apparitions. Toutes les représentations virtuelles se sont terminées par une invitation au public à faire un don.  

Entre 50 et 60 000 personnes ont suivi en même temps cet événement. Quelque 150 000 euros ont pour l’instant été récoltés sur cette plateforme de dons, qui reste ouverte pendant trois mois. Cet argent bénéficiera à une centaine d’associations oeuvrant dans trois domaines : l’information sur le virus, le financement d’équipement de protection et de soins hospitalier, ainsi que le soutien des millions de travailleurs journaliers qui ont gravement souffert de l’arrêt de l’économie indienne