Coronavirus : une journée avec les soignants de l'hôpital de Gap, dans les Hautes-Alpes

Retourner le patient pour l'aider à mieux respirer ; un geste crucial dans le traitement du coronavirus. "Ça a l'air de rien, mais ça demande beaucoup de logistique", indique Aurélien Jobard, anesthésiste-réanimateur. Le soignant travaille d'habitude dans une clinique, mais il est venu en renfort de ses collègues de l'hôpital de Gap (Hautes-Alpes), où France Télévisions a passé une journée en immersion. Au total, une cinquantaine de soignants supplémentaires permettent à l'établissement de tripler son nombre de lits de réanimation. La réanimation : un choix difficile à faire L'état d'une patiente de 83 ans se dégrade : l'équipe devra faire le choix de l'admettre ou non en réanimation. Une décision toujours difficile à prendre. "Habituellement, on n'a pas ces pressions de places, on n'a pas à devoir choisir de prendre un patient pour un autre, alors que là, on n'en est pas loin", explique le Dr. Pierre-Yvan Simonoviev. L'équilibre se maintient grâce aux évacuations vers d'autres hôpitaux.