Coronavirus : un jour les femmes, un jour les hommes, le Panama et le Pérou mettent en place le confinement alterné

franceinfo

En ce début de mois d'avril, près de 4 milliards d’êtres humains, la moitié de la population mondiale, vit en confinement en raison de la pandémie de Covid-19. Mais, le "restez chez vous" est à géométrie variable. En Amérique centrale, le Panama, et en Amérique du sud, le Pérou, sont les deux seuls pays au monde jusqu'à présent à alterner les autorisations des jours de sorties. Les lundi, mercredi, et vendredi, ce sont les femmes qui sont autorisées à se rendre aux supermarchés ou à la pharmacie. Les hommes prennent le relais les trois autres jours : mardi, jeudi et samedi. Et dimanche, personne ne circule.

>> Suivez l'évolution de l'épidémie en France et dans le monde grâce au tableau de bord de franceinfo

Des amendes et des peines de prison

Au Panama, toute personne contrevenant aux consignes de confinement risque une "multa", une sévère amende pécuniaire, mais aussi une garde à vue et un emprisonnement de 6 à 15 mois pour atteinte à la sécurité nationale de la santé du pays. Chaque jour, 150 personnes sont arrêtées pour avoir enfreint les règles de la quarantaine dans ce petit pays de moins de cinq millions d’habitants. "Avant l’instauration de l’alternance des jours de sorties, tout le monde pouvait se déplacer quotidiennement à l’heure indiquée par le dernier chiffre de la carte d’identité", explique Patrick Lacotte, un franco-panaméen vivant à Panama-city, la capitale. "Par (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi