Coronavirus : le "jour du dépassement" a reculé de trois semaines avec la baisse des abattages forestiers

franceinfo

L'ONG Global Footprint Network calcule chaque année la date théorique à partir de laquelle l'humanité a épuisé les ressources naturelles produites par la planète en un an. Cette date a été fixée au 22 août en 2020, contre le 29 juillet en 2019.

Comme chaque année, l'ONG Global Footprint Network a calculé la date du "jour de dépassement" de la Terre, c'est-à-dire le moment à partir duquel l'humanité a utilisé toutes les ressources que la planète peut renouveler pendant l'année. Cette fois, le think-tank a fixé cette date au 22 août (en anglais), soit trois semaines plus tard qu'en 2019 (29 juillet) et à une valeur équivalente à celle de 2004. Une fois n'est pas coutume, cette journée symbolique où le monde entre en "déficit écologique" arrive donc plus tard que les années précédentes, souligne l'ONG, vendredi 5 juin.

Ce résultat à contre-courant est la conséquence directe des mesures sanitaires mises en œuvre pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, selon les auteurs de l'étude. Global Footprint Network cite notamment la diminution "de la récolte de bois et des émissions de CO2 provenant de la combustion de combustibles fossiles" pour justifier cette amélioration. "Même si la construction s'est poursuivie pendant la pandémie, souligne l'ONG, l'industrie forestière a anticipé une baisse de la demande à venir et a donc rapidement réduit les taux d'abattage des arbres."

L'ONG réclame un "revirement écologique planifié"

Pour calculer ce "jour du dépassement", Global Footprint Network agrège les "divers types d'utilisation des surfaces biologiquement productives par toutes les communautés humaines" : nourriture, bois, fibres, absorption du carbone et infrastructures. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi