Coronavirus: Johnson ferme les pubs, l'Etat paiera des salaires du privé

par Costas Pitas et Paul Sandle
CORONAVIRUS: JOHNSON DEMANDE AUX BRITANNIQUES DE RESTER CHEZ EUX ET AUX BARS DE FERMER

par Costas Pitas et Paul Sandle

LONDRES (Reuters) - Boris Johnson a de fait décidé vendredi l'interruption de toute vie sociale en Grande-Bretagne en demandant à ses compatriotes de rester chez eux et en réclamant la fermeture des pubs, des restaurants, des théâtres, des cinémas et des salles de sport afin d'enrayer la propagation du nouveau coronavirus.

La Grande-Bretagne, qui a jusqu'à présent recensé 3.983 cas de contamination et 177 morts liées au coronavirus, suit ainsi l'exemple de plusieurs autres pays européens plus durement touchés, notamment l'Italie, l'Espagne et la France.

Le Premier ministre britannique a dit mesurer à quel point il était difficile pour ses compatriotes de renoncer à se rendre au pub, une pratique sociale profondément ancrée dans la culture du pays, mais il a jugé cette mesure essentielle pour lutter contre l'épidémie.

"J'accepte le fait que ce que nous faisons est extraordinaire: nous privons les citoyens libres de naissance du Royaume-Uni de leur droit ancien et inaliénable de se rendre au pub et je peux comprendre ce que les gens ressentent", a dit Boris Johnson. "C'est un profond déchirement."

Alors que le bilan officiel de la pandémie au Royaume-Uni se fonde sur des tests pratiqués sur environ 67.000 personnes, les conseillers scientifiques du gouvernement pensent que le coronavirus se répand à toute vitesse à Londres, notamment parce qu'une partie des habitants de la capitale ne respectent pas les conseils en matière d'auto-isolement.

Boris Johnson a demandé aux pubs, restaurants, discothèques, cinémas, salles de sport et centres de loisirs de fermer leurs portes à partir de vendredi soir et pour une durée indéterminée.

"Nous disons aux cafés, aux bars et aux restaurants de fermer ce soir dès qu'ils le peuvent raisonnablement et de ne pas ouvrir demain", a dit le Premier ministre britannique devant la presse. "Pour être clair, ils peuvent cependant continuer à proposer des services de livraison."

"Certains pourraient bien sûr être tentés de sortir ce soir et je dis à ces personnes, 's'il vous plaît, ne le faites pas'", a-t-il ajouté.

Le ministre britannique des Finances a pour sa part présenté une série de mesures destinées à atténuer l'impact économique de cette crise sanitaire pour les ménages et les entreprises.

La mesure la plus spectaculaire annoncée par Rishi Sunak verra l'Etat fournir de l'argent aux entreprises pour leur permettre de payer les salaires et tenter d'éviter ainsi une envolée du chômage provoquée par le gel de l'activité dans de nombreux secteurs.

Les entreprises vont aussi être autorisées à ne pas reverser à l'Etat 30 milliards de livres (près de 33 milliards d'euros) de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) au cours des trois prochains mois, afin de les aider à préserver leur trésorerie.


(version française Bertrand Boucey, édité par Henri-Pierre André)