Le coronavirus a infecté 40% des résidents d'Ischgl, en Autriche

VIENNE (Reuters) - Une étude réalisée auprès des habitants de la station de ski d'Ischgl, principal foyer épidémique d'Autriche où de nombreux touristes européens auraient été infectés par le nouveau coronavirus en début d'année, a mis en évidence que 42% de la population locale avait été contaminée, soit le taux d'infection le plus élevé mesuré à ce jour.

Des milliers de touristes allemands, norvégiens ou islandais auraient été contaminés dans les bars et restaurants de cette station présentée comme "l'Ibiza des Alpes".

Les autorités locales ont été accusées d'avoir réagi beaucoup trop tard avant de la placer en quarantaine mi-mars et d'avoir laissé les ressortissants étrangers repartir dans leur pays, en propageant le virus à travers l'Europe.

"La séroprévalence (proportion de la population présentant dans le sang des anticorps dirigés contre le virus après y avoir été exposé-NDLR) des participants à cette étude venant d'Ischgl s'élève à 42,4%", a déclaré Dorothee von Laer, qui a mené cette étude, dans un communiqué de la faculté de médecine d'Innsbruck, où elle dirige l'Institut de virologie.

"A Ischgl, nous sommes confrontés à la séroprévalence la plus élevée jamais constatée dans une étude. Même si on ne peut pas présumer du taux précis pour atteindre l'immunité collective, la population d'Ischgl devrait être en grande partie protégée", a-t-elle ajouté.

A titre de comparaison, d'autres études comparables ont mis en évidence un taux de séroprévalence atteignant 10% à Genève, ou 27% à Val Gardena, une vallée dans les Dolomites, en Italie.

Pour leur étude, les chercheurs autrichiens ont recherché les anticorps dirigés contre le coronavirus à partir d'échantillons sanguins prélevés auprès de 1.473 personnes, soit 79% des résidents d'Ischgl, entre le 21 et le 27 avril.

Seuls 15% des personnes chez lesquelles ces tests ont révélé la présence d'anticorps avaient auparavant eu des résultats positifs lors de tests réalisés pour détecter la présence du coronavirus, a précisé l'université.

En dépit de la flambée épidémique dans cette station de sports d'hiver, l'Autriche, qui a décrété un confinement généralisé mi-mars avant de commencer à le lever progressivement un mois plus tard, présente l'un des taux de contamination par le nouveau coronavirus les plus faible d'Europe de l'Ouest.

Jusqu'ici, le bilan de l'épidémie s'y élève à 698 morts et le nombre de nouvelles contaminations enregistrées chaque jour est contenu sous la barre de 100.


(Francois Murphy, version française Myriam Rivet, édité par)