Coronavirus en Inde: de nombreux professionnels de santé privés d'assurance

·1 min de lecture

Les médecins sont souvent les premières personnes infectées par le nouveau coronavirus, et pourtant, elles ne sont pas toujours les mieux protégées. Ni même assurés. C’est le cas en Inde, où l’essentiel des professionnels publics de santé des zones les plus défavorisées sont en contrats précaires et ne bénéficient donc pas toujours d’une assurance de santé.

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

A la fin mars, le gouvernement indien a créé une assurance de santé exceptionnelle, valable pendant la pandémie, qui couvre les professionnels des centres de santé publics qui reçoivent des patients infectés par le virus du Covid-19. Le problème, c’est que cette couverture exclut certains travailleurs à contrat à durée déterminée, alors qu’ils représentent plus de la moitié du personnel.

« L’assurance du gouvernement ne couvre que le personnel qui est en contact direct avec les malades du Covid, explique le docteur Vinay Gupta, militant dans la santé publique. Cependant, une infirmière qui travaille dans un centre de santé primaire, situé à 50 km d’un hôpital Covid, peut aussi être en contact avec des patients infectés. Mais elle ne sera pas couverte. Tous les professionnels de santé doivent être assurés. »

Les soins dans les hôpitaux publics sont abordables, mais ces derniers sont débordés, ce qui oblige beaucoup de patients à s’orienter vers le privé, où les traitements pour le Covid sont extrêmement chers. De plus, les assurances privées traditionnelles ne couvrent généralement pas les infections survenues lors de pandémies mondiales.