Coronavirus: en Inde, le nombre de cas explose dans les campagnes

Depuis un mois, plus de 6 millions de travailleurs journaliers ont fui les villes indiennes à l’arrêt, emportant souvent avec eux le coronavirus dans des zones qui n’étaient jusque-là pas touchées.

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

L'Inde demeure l’un des derniers grands pays où le nombre de cas du Covid-19 est plus important chaque jour. Avec 10 000 cas et près de 300 décès quotidiens, l’Inde est sur le point de dépasser l’Italie, le Royaume-Uni et l’Espagne, pour devenir le quatrième pays le plus touché du monde. L’une des raisons est l’augmentation des cas dans les campagnes, qui avaient jusqu’à présent été largement épargnées.

Depuis un mois, plus de 6 millions de travailleurs journaliers ont en effet fui les villes indiennes à l’arrêt, par des trains spéciaux, vers leurs campagnes d’origine. Des millions d’autres ont fait le trajet en bus, à vélo, voire à pied.

Or ces migrants internes emportent souvent avec eux le coronavirus dans des zones qui n’étaient pas touchées. Dans l’État pauvre du Bihar, 70% des personnes infectées par le Covid-19 sont ainsi des travailleurs récemment rentrés. Dans l’État de l’Odisha, qui a vu le retour de 450 000 personnes, 80% des cas de coronavirus se trouvent maintenant en campagne.

Et ces zones rurales ne sont pas équipées pour faire face à la pandémie. Dans les grandes villes riches comme New Delhi ou Bombay, qui ont beaucoup d’hôpitaux privés, on refuse déjà des patients par manque de lits ou de respirateurs. Dans les campagnes, où la population dépend presque uniquement des hôpitaux publics sous-équipés, la situation pourrait devenir catastrophique.